Tennis - ATP - Sofia - Jannik Sinner plus solide que Gaël Monfils en finale à Sofia

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'Italien Jannik Sinner, 15e joueur mondial, a remporté le quatrième titre de sa carrière, dimanche, à Sofia, en dominant Gaël Monfils en finale (6-3, 6-4). Gaël Monfils, qui disputait dimanche la 32e finale de sa carrière sur le circuit principal, devra encore patienter un peu avant de soulever son 11e trophée. Il a simplement été battu par plus fort que lui en finale à Sofia puisque l'Italien Jannik Sinner (15e ATP) a maîtrisé son sujet de A à Z, pour s'imposer en seulement 1h17 (6-3, 6-4).

Comme la veille en demi-finales, Monfils a tardé un peu à trouver le bon positionnement, entre agressivité et patience. Dans un schéma où les deux joueurs se neutralisaient dans la diagonale des revers, Sinner fut le plus prompt à prendre l'initiative en coup droit et c'est d'ailleurs grâce à deux attaques imparables de ce côté qu'il s'empara d'entrée du service de Monfils (3-0). lire aussi Le tableau Un peu plus avancé dans le court, Monfils obtint deux balles de débreak, à 2-4. Un échange de trente-deux frappes, sur sa deuxième occasion, lui fit visiter tous les recoins de la capitale bulgare. Il termina le point avec un revers décentré et un pouls surélevé. Sinner pas loin du Masters Dès lors, Sinner sembla encore gagner en solidité et ne donna plus grand-chose au 20e joueur mondial, breakant aussi d'entrée de deuxième manche et restant autoritaire sur ses engagements (seulement trois points au retour pour Monfils dans le deuxième acte !). Au terme d'une semaine très particulière au cours de laquelle Gaël Monfils n'eut même pas deux heures de match à se mettre sous la raquette avant d'attaquer la finale, le n°1 français a peut-être subi un léger choc thermique en se mesurant tout à coup au tennis de top 10 de Sinner, après avoir éliminé des joueurs moins perforants, comme l'Italien Mager et l'Américain Giron. À vingt ans, voilà l'Italien à déjà quatre titres en carrière, dont trois pour la seule saison 2021. Dixième dans la course au Masters, Sinner pourrait bien se qualifier pour le rendez-vous des maîtres, qui se disputera cette année « chez lui », à Milan, s'il finit fort ces prochaines semaines. Gaël Monfils « Trente-cinq, c'est le chiffre sur la carte d'identité, mais pas dans mon corps » De son côté, Monfils retiendra aussi qu'il a réussi à se faire violence pour gagner dans un théâtre vide (on jouait à huis clos à Sofia, protocole sanitaire oblige), ce qui n'avait pas été simple pour lui depuis un an et demi que la pandémie a mis le circuit sous cloche. Ses performances récentes (quarts à Toronto, huitièmes à Cincinnati, demi-finales à Metz et finale à Sofia) l'ont remis en selle ; ne lui reste plus qu'à décrocher une victoire contre un top 15 (ce qui lui manque depuis plus de deux ans, maintenant) pour se convaincre qu'il peut à nouveau rivaliser avec l'élite à laquelle il souhaite toujours appartenir, car il est loin de sentir vieux : « Je n'ai pas trente-cinq ans, disait-il avec le sourire, samedi, après sa victoire en demi-finale. Je ne veux pas me dire que j'ai trente-cinq ans, parce que je me sens bien physiquement, bien mentalement. Trente-cinq, c'est le chiffre sur la carte d'identité, mais pas dans mon corps. » lire aussi Toute l'actualité du tennis

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles