Tennis - ATP - Ugo Humbert prolonge avec Cyril Brechbühl

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le jeune Français démarre sa saison avec comme entraîneur son préparateur physique Cyril Brechbül qui l'avait accompagné en fin de saison dernière. Ce mardi soir à minuit heure française, au Challenger de Bendigo (en lieu et place de celui Canberra dans l'impossibilité d'organiser en raison des incendies en Australie), Ugo Humbert démarre sa saison face au Serbe Danilo Petrovic (27 ans classé, 167e mondial) qui a battu au 1er tour le Suédois Elias Ymer. L'un des tout meilleurs espoirs français (21 ans, 56e) est accompagné en Australie par Cyril Brechbühl, son préparateur physique qui fait office de coach depuis que le Messin s'est séparé de son entraîneur Cédric Raynaud en octobre dernier. Depuis, le binôme ne s'est plus quitté, enchaînant de bons résultats (demi-finale à Anvers, titre au Challenger de Brest) avec la préparation hivernale à Prémanon (Jura) et au Portugal.

À l'intersaison, il fut fortement question que Humbert choisisse comme entraîneur Eric Winogradsky (ancien coach de Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga, notamment, avant d'être aussi responsable du haut niveau). Mais les choses ont traîné, jusqu'à ce que les deux hommes n'arrivent plus à s'entendre sur le mode de fonctionnement. Face à ces atermoiements, Cyril Brechbül a saisi sa chance pour s'imposer pour l'heure comme l'entraîneur du jeune Français qui a un bon feeling avec lui. Sans que pour l'instant la FFT, où il est salarié, n'ait encore validé officiellement la structure.
Cyril Brechbül « Je me suis toujours positionné au-delà de l'entraîneur physique »
Fin décembre, Pierre Cherret, le DTN, devait s'entretenir avec Ugo Humbert avant que ce dernier ne s'envole en Australie. Selon Brechbühl, les deux hommes ne se sont toujours pas parlé. « Ça laisse du temps à Ugo d'affirmer ses choix et ses ambitions, raconte Brechbühl. Ça ne change pas notre relation, notre méthode de travail, nos objectifs. On est dans la continuité. On bosse, on est tranquille. Le reste, on le laisse aux autres. » À la question de savoir s'il est suffisamment armé pour prendre en main le coaching d'un des meilleurs Français, Cyril Brechbül, qui a été notamment préparateur physique de Tsonga à l'époque Winogradsky, reste très serein. « J'ai beaucoup de casquettes, dit-il. Mon premier poste à la FFT a été celui de CTR en Bretagne. J'ai mon BE et un doctorat de sciences de la vie. Je me suis toujours positionné au-delà de l'entraîneur physique. » De Canberra à Bendigo Cyril Brechbül raconte le périple des deux hommes débarqués dans une Australie victime de gigantesques feux de forêt.« Quand on est arrivés le 2 au matin à Melbourne, Ugo a reçu un mail lui indiquant que les conditions à Canberra ne permettaient pas de s'entraîner à l'extérieur. On avait pensé à une pollution qu'on peut parfois rencontrer. Mais quand on a débarqué à Canberra, c'était choquant ! Comme l'impression d'une tempête de sable avec une sensation de pollution qui te prenait à la gorge. Ça rentrait même jusque dans les chambres d'hôtel... Le tournoi a été aussitôt déplacé à Bendigo, à une heure de vol de Canberra plus deux heures de bus. Il faut saluer l'organisation à l'australienne en moins de 24 heures sur un site de 25 courts qui accueille en parallèle un tournoi 25000 dollars féminin. Ici, la pollution aux particules fines ressemble à celle qu'on peut rencontrer parfois en Inde ou en Asie. Je me renseigne, je regarde les taux d'indice qui montent parfois assez haut. Mais ça n'a rien à voir avec ce qu'on a vu à Canberra. Mais on ne sera pas mécontent d'aller à Auckland (Nouvelle-Zélande) la semaine prochaine. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi