Tennis - ATP - Belgrade - Novak Djokovic battu par Aslan Karatsev en demi-finales à Belgrade

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Normalement invulnérable à domicile, le numéro un mondial Novak Djokovic s'est incliné en demi-finales du tournoi de Belgrade, samedi, au terme d'un marathon ébouriffant face au Russe Aslan Karatsev (7-5, 4-6, 6-4 en 3h25). Tout semblait prendre la bonne direction, pour Novak Djokovic, samedi après-midi, lors de la première demi-finale de l'ATP 250 de Belgrade. Il avait cette balle de 4-1 en sa faveur à engager et, en face, Aslan Karatsev paraissait plutôt emprunté sur ses glissades. La suite a pourtant été un long supplice au cours duquel le numéro un mondial a tenté de se ressaisir à maintes reprises mais au terme duquel il a fini par s'incliner face à la révélation russe de l'année (7-5, 4-6, 6-4 en 3h25). lire aussi Le tableau de Belgrade Extrêmement émotif, prompt aux hurlements de frustration dans la foulée de fautes (dont 6 doubles) qu'il ne supportait pas, mécontent de la répartition de la terre battue, trop présente à son goût vers le milieu de « son » court, le numéro un mondial était dans un jour difficile. À plusieurs moments, il s'est aussi étiré ostensiblement le dos.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Mené 7-5, 4-2, aidé par le filet sur une balle de 5-3 pour Karatsev, il a su faire front et s'offrir le droit à une manche décisive en décochant trois formidables coups gagnants sur les trois derniers points du deuxième set. La nuit tombait, on jouait depuis deux heures et quart et rien n'était fait ! 23 balles de break manquées Il a encore manqué huit balles de break au début de cette dernière manche, en sauvant lui-même cinq, avant de céder sur la sixième, à 3-3. Au final, dans ce match à rallonge, il aura même manqué 23 balles de breaks sur les 28 qu'il s'est procurées. Un record pour lui, évidemment. lire aussi Novak Djokovic ne veut pas d'une vaccination obligatoire pour les joueurs En face, Aslan Karatsev a prouvé jusqu'au bout de ce marathon que le tennis qui l'a porté jusqu'en demi-finales de l'Open d'Australie puis jusqu'au titre à Dubaï pouvait aussi extrêmement bien s'exporter sur terre battue. Qu'il fait mal par sa maîtrise de la géométrie du court et par ses coups long de ligne !... 28e à l'ATP cette semaine, il est n°5 mondial depuis le début de l'année. Il visera dimanche le deuxième titre de sa carrière, face au vainqueur de la seconde demi-finale, opposant le Japonais Taro Daniel à l'Italien Matteo Berrettini. « J'ai tout mis dans ce match, il fallait que je sois à 150 % pour le battre, j'y suis parvenu, a-t-il sobrement déclaré sur le court. Je ne pensais à rien au moment de toutes ces balles de break, je me concentrais sur mon jeu. Pas le temps de penser. » lire aussi Nadal rejoint Stefanos Tsitsipas en finale à Barcelone Mais éliminer le n°1 mondial n'a pas été le seul exploit de Karatsev. Depuis que Novak Djokovic avait quitté le monde des juniors, le 22 mai 2005 (jour de son 18e anniversaire), il n'avait jamais perdu à la régulière en Serbie, remportant 27 matches sur 29 et abandonnant deux fois (au tournoi de Belgrade en 2010 contre Krajinovic puis en Coupe Davis l'année suivante, face à Del Potro). Il y a un début à tout. Après son échec monégasque contre Daniel Evans, la semaine passée, il reste un peu plus d'un mois à Novak Djokovic pour trouver ses marques et espérer aller très loin à Roland-Garros. Jouable ?