Tennis - Coronavirus - Coronavirus : Tsitsipas estime que le « confinement est bon pour notre planète »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Stefanos Tsitsipas apprécie plutôt le confinement provoqué par la pandémie de coronavirus. « C'est bon pour la nature, c'est bon pour notre planète », a-t-il déclaré dans un live sur Instagram. Dans un live sur le compte Instagram d'Eurosport, Stefanos Tsitsipas, classé n°6 mondial, a déclaré que, pour lui, le confinement, provoqué un peu partout dans le monde, à partir de la mi-mars, par la pandémie de coronavirus, a donné un nouveau souffle à la planète. Lucas Pouille comprend Dominic Thiem sur le fonds de solidarité des joueurs « Je pense qu'en fait on devrait nous mettre en confinement une fois par an, a expliqué le Grec. C'est bon pour la nature, c'est bon pour notre planète. [...] Je pense que ce sera très bénéfique pour l'environnement. La vie est tellement agitée, vous n'avez jamais le temps de rester en famille et de vous connecter avec (vos proches). [...] Maintenant, c'est l'opportunité de le faire. Cela me ramène à l'époque où j'étais jeune et où je ne voyageais pas beaucoup. » Stefanos Tsitsipas « Je ne me pousse pas à la limite, mais je ne me repose pas non plus. Il y a un bon contraste entre les deux » À propos de ses conditions d'entraînement, pendant cette période de confinement, Tsitsipas a confié que le plus difficile était de s'entraîner sans but précis. « Je m'entraîne tous les jours, a dit le joueur de 21 ans. Bien sûr, je ne m'investis pas à 100 %, mais, en même temps, je compte m'améliorer progressivement. [...] C'est un processus, c'est délicat. Vous avez tellement de temps devant vous et vous ne savez pas quand les choses vont revenir à la normale. En ce moment, je ne me pousse pas à la limite, mais je ne me repose pas non plus. Il y a un bon contraste entre les deux. » Malgré les incertitudes, Roland-Garros tient son toit En cette fin de mois de mai, Tsitsipas aurait dû disputer le tournoi de Roland-Garros. Mais, à cause de la pandémie de coronavirus, celui-ci se jouera en septembre. Le Grec a confié que sa défaite l'an dernier sur la terre battue parisienne en huitièmes de finale face à Stan Wawrinka (7-6, 5-7, 6-4, 3-6, 8-6) était toujours dans un coin de sa tête. « J'en ai eu le coeur brisé, a-t-il glissé. Ça a été difficile à surmonter, je me sentais vraiment proche (de la victoire). Toute l'actualité du tennis

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi