Tennis - Coronavirus - En Russie, on joue encore

L'Equipe.fr
L’Equipe

Les mesures liées au coronavirus sont pour l'instant plus souples en Russie, où Vladimir Poutine a annoncé mercredi que la semaine prochaine serait chômée mais où les académies de tennis peuvent encore tourner, avec simplement quelques restrictions. Ce mercredi après-midi, pour la première fois depuis près de deux ans, Vladimir Poutine s'est adressé à la nation. Le président a annoncé le report d'un vote sur sa réforme constitutionnelle, prévu le 22 avril, mais il a aussi décrété que la semaine prochaine serait chômée en Russie, afin de ralentir l'avancée de la pandémie de coronavirus, précisant que « le plus sûr, actuellement, est d'être à la maison ». Une semaine de congés payés, sauf pour les fonctionnaires et les employés de banque ou de commerces essentiels. Et sauf aussi pour la plupart des sportifs, qui peuvent continuer à s'entraîner presque comme si de rien n'était. La distanciation sociale et le maintien à domicile des plus âgés ne sont encore que des recommandations ; aucun confinement n'est à l'ordre du jour. Avec « seulement » 658 cas officiels d'infection (et un seul décès, une femme de plus de 79 ans, qui était infectée mais qui serait morte à cause d'un caillot sanguin), la Russie est encore très loin des chiffres de l'Europe de l'ouest. Entraîneur à l'académie de Podolsk, dans la banlieue moscovite, Artur Valetov est encore assez peu impacté dans son métier : « Ici aussi, comme dans beaucoup d'autres pays, tous les tournois de tennis ont été suspendus ou annulés mais on a toujours accès aux courts et on peut continuer à s'entraîner quasiment normalement. Simplement, on ne peut pas être plus de trois sur le même court, c'est-à-dire le coach et deux joueurs. Il a fallu adapter les plannings des groupes. Et on fait aussi particulièrement attention à la forme physique de chacun. Mais personne ne porte de masque. On parle du virus, bien sûr, mais surtout à propos des nouvelles qui viennent d'Europe. » Le printemps s'étant invité à Moscou avec quelques semaines d'avance (une quinzaine de degrés, ce mercredi), il est même possible de s'entraîner sur les courts de tennis extérieurs. Les apprentis champions russes sont très loin de la situation de leurs homologues français. Pour l'instant.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi