Coupe Davis - La Serbie qualifiée in extremis en quarts de finale de Coupe Davis, en compagnie de la Russie

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Novak Djoković
    Novak Djoković
    Joueur de tennis serbe
  • Feliciano López
    Joueur de tennis espagnol

Le double entre Russie et Espagne, poussé au 3e set et finalement remporté par les Russes, a ouvert la porte des quarts à la sélection de Novak Djokovic au dernier moment. L'histoire a bien failli s'arrêter au pied du Tyrol pour la Serbie de Novak Djokovic, dimanche soir. Alors qu'elle ne jouait pas, la sélection serbe a vécu une journée de stress intense, avec une angoisse grandissante, jusqu'à la délivrance et le succès de la paire russe, Andrey Rublev - Aslan Karatsev, face au duo espagnol, Feliciano Lopez - Marcel Granollers (4-6, 6-2, 6-4) qui a validé très tardivement, par ricochet, la qualification de « Djoko » et sa bande au titre de meilleurs deuxièmes (tout comme la Suède) et éliminé de la phase finale à Madrid le pays hôte, l'Espagne. Pour Novak Djokovic, le couperet est passé tout près et une sortie prématurée - provoquée par une possible victoire de l'Espagne - aurait été une déception violente. Car le Serbe a fait de ce rendez-vous de fin saison un fait majeur, un point d'honneur, un trait d'union sacré avec ses coéquipiers serbes. Très tôt, l'objectif a été clair, affiché, clamé depuis des semaines : ramener au pays un deuxième Saladier, après celui conquis en 2010, à Belgrade face à la France, la seule Davis remportée à ce jour par le n° 1 mondial. lire aussi Toute l'actualité de la Coupe Davis Comme toujours quand il est sous le drapeau, « Nole », qui présente le bilan faramineux de 24 victoires en 25 simples disputés dans l'épreuve, a fait le boulot à Innsbruck toute la semaine. Deux simples joués, onze petits jeux concédés, pas une balle de break à défendre ! Mais tout aurait pu s'écrouler après sa défaite en double, associé à Nikola Cacic, samedi soir face à l'Allemagne (1-2). Un revers qui fut près de tout anéantir, quand ces mêmes Allemands se sont assuré dimanche soir la première place du groupe F en dominant l'Autriche (2-1), renvoyant la Serbie sur un strapontin. Avant que les Russes, dans la nuit, ne viennent sauver les fesses de Djokovic et ses amis.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles