Tennis - Fed Cup - Fed Cup : Caroline Garcia convoquée pour le barrage face à l'Espagne

L'Equipe.fr
Caroline Garcia, qui a pourtant renoncé à la Fed Cup cette saison et annoncé lundi son absence sur blessure jusqu'à début mai, a été convoquée pour le barrage face à l'Espagne (22-23 avril), aux côtés de Kristina Mladenovic, Pauline Parmentier et Alizé Cornet.

Caroline Garcia, qui a pourtant renoncé à la Fed Cup cette saison et annoncé lundi son absence sur blessure jusqu'à début mai, a été convoquée pour le barrage face à l'Espagne (22-23 avril), aux côtés de Kristina Mladenovic, Pauline Parmentier et Alizé Cornet.Douze heures après avoir déclaré forfait pour le tournoi de Stuttgart (22-30 avril) en raison d'une «inflammation douloureuse du nerf sciatique» qui «(l'oblige) à opérer une pause» jusqu'à début mai, et alors qu'elle avait officiellement renoncé à la Fed Cup cette saison, Caroline Garcia a été convoquée mardi matin par la Fédération française de tennis (FFT) en vue du barrage face à l'Espagne... qui se déroulera pendant son absence, les 22 et 23 avril.Kristina Mladenovic, Alizé Cornet et Pauline Parmentier ont également été appelées par Yannick Noah, capitaine des Bleues.Éliminée en quart de finale par la Suisse, l'équipe de France tentera de se maintenir, face à l'Espagne, dans le groupe mondial de la Fed Cup. Les Tricolores auront l'avantage du terrain et voudront prendre leur revanche sur les Ibériques, qui les avaient battues en barrages en avril 2011 à Leida, synonyme de purgatoire dans le groupe mondial II qui a duré trois saisons. Les Bleues restent sur un bilan négatif (5 défaites pour 4 victoires) contre l'Espagne depuis 1982.Giudicelli veut entendre GarciaLe cas Garcia ne manque cependant pas de faire parler. A tel point que le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, s'est exprimé sur le sujet mardi matin. Il a confirmé que Louis-Paul Garcia, le père et entraîneur de Caroline Garcia, lui avait fait part des douleurs lombaires de sa fille dès le 07 mars. Lors du même entretien, il lui avait également fait part de la pression et de l'ambiance autour de la Fed Cup dont sa fille disait souffrir.Le 08 avril, Yannick Noah signalait à son président vouloir sélectionner Caroline Garcia. Même si cette dernière a indiqué vouloir prendre du recul par rapport à la Fed Cup, le capitaine a constaté qu'elle jouait bien (elle a été demi-finaliste à Monterrey la semaine dernière et avait éliminé Johanna Konta à Indian Wells) et qu'elle était inscrite à de nombreux tournois à venir. Dès le lendemain, le père de Garcia précisait les problèmes médicaux de sa fille mais laissait le Comité exécutif de la FFT libre de son choix. Traduit par une convocation, arrivée le 10 avril dans la matinée, quelques heures avant que Garcia n'annonce son indisponibilité pour trois à quatre semaines.L'histoire pourrait s'arrêter là. Sauf que Giudicelli et la FFT ne se satisfont pas de la fin de non recevoir de Garcia. «La joueuse a jusqu'à dimanche pour se présenter au départ du stage. Elle nous fait état d'une blessure, je n'ai pas les moyens de la constater. Si elle se présente dimanche, le capitaine et le médecin de l'équipe pourront faire le point sur cette blessure. Mais si elle ne vient pas, nous constaterons son absence et ce sera un refus de sélection. Elle sera alors convoquée devant la commission fédérale des litiges et ce sera enfin l'occasion d'entendre Caroline Garcia en personne, car je n'ai eu de contacts qu'avec son père.»Privée de Roland-Garros ?Il semble que les deux parties soient engagées dans un bras de fer où personne ne veut céder. Si Garcia ne se rendait pas au stage, même simplement pour y faire constater sa blessure, elle s'expose donc à des sanctions. Car même si elle fournissait un certificat médical en bonne et due forme sans se rendre au stage, elle devrait tout de même s'expliquer devant la commission des litiges. Les sanctions peuvent aller de l'avertissement au blâme, jusqu'à la suspension. Ce qui voudrait dire que la FFT pourrait lui interdire de disputer des tournois sur le sol national. A commencer par Roland-Garros. Mais nous n'en sommes pas encore là.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages