Tennis - Fed Cup - Julien Benneteau (après le succès en Fed Cup) :

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le capitaine de l'équipe de France, sacré pour sa première expérience sur le banc, était ému de voir à quel point l'esprit d'équipe qu'il a tout de suite essayé de distiller a si bien fonctionné. « Racontez-nous un peu la genèse d'une telle aventure...
Petit à petit, le groupe s'est construit. Il a fallu partir d'une page blanche. C'est ce que je leur ai dit : je suis nouveau, je n'ai aucun antécédent avec vous les filles, j'ai un seul objectif, c'est d'essayer de vous faire vivre l'émotion de gagner la Fed Cup. Pour ça, il me faut la meilleure équipe, il faut être ensemble, arriver à mettre certaines choses de côté et être habité, dirigé vers un seul objectif. Au-delà de leur victoire en tant que joueuses, ce dont elles doivent être le plus fier, c'est ce qu'elles ont fait en tant que femmes. De février jusqu'à maintenant. Le symbole est magnifique que ce soit Caroline et Kristina qui tombent dans les bras l'une de l'autre par terre. Il y a des moments fondateurs : l'annonce du groupe pour la première rencontre à Liège avec le retour de Caroline ; la journée de dimanche à Rouen. Elles ont pris conscience là qu'ensemble elles étaient capables de faire de très grandes choses puisqu'elles ont battu la Roumanie de Halep. Et sur cette finale, elles savaient qu'elles avaient ça en elles. Sur toute la campagne, je me suis appuyé sur un groupe de cinq joueuses. Fiona (Ferro) frappe très fort à la porte et les quatre autres ont toutes gagné au moins un match durant la campagne. C'est magique pour elles. La paire Garcia-Mladenovic offre le titre à la France Kristina Mladenovic a été la grande dame de ce week-end...
Quand on voit Kristina (Mladenovic) ce qu'elle produit, c'est exceptionnel. Elle a marché sur l'eau tout le week-end, c'est fantastique. Je crois qu'elle a ça en elle. Elle le revendique depuis longtemps. Je savais qu'elle en était capable. C'est elle qui avait fait la meilleure fin de saison parmi les Françaises. Elle avait ce week-end en tête depuis un petit bout de temps. La manière dont elle joue et frappe la balle, le sens du jeu qu'elle a lui permet de trouver des solutions face à n'importe qui. Aujourd'hui, elle a définitivement prouvé que c'était une très, très grande championne. Pour quelles raisons avez-vous sélectionné Pauline Parmentier ?
Elle est à deux doigts de faire tourner le match. Je savais que c'était le bon choix. Elle n'était pas loin de le faire. Dès le mercredi, c'était du 50-50 dans ma tête pour le dimanche, entre Pauline et Caroline, quel que soit le résultat de Caroline le samedi. J'avais Pauline en tête le dimanche parce que ce qu'elle produisait à l'entraînement, c'était costaud. Hier après-midi, après les simples, quand j'ai discuté avec mon staff, c'était unanime, avec les joueuses aussi c'était unanime : c'était à Pauline d'y aller, à 2-1 pour nous ou à 2-1 contre nous. Elle a été grande et courageuse sur le court. Et Caroline Garcia ? 
Le double qu'elle est capable de produire, malgré ce qui s'est passé hier... Elle a su puiser dans l'équipe, dans ses coéquipières et dans le staff, les ressources pour aller sur le terrain et répondre présente. » Benneteau, un costard sur-mesure

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi