Tennis - Fed Cup - De Liège à Perth, la campagne 2019 victorieuse de l'équipe de France

L'Equipe.fr
L’Equipe

Pour s'offrir sa troisième Fed Cup, la France a écarté la Belgique d'Elise Mertens, la Roumanie de Simona Halep et l'Australie d'Ashleigh Barty. Rappel des trois actes. La campagne 2019 de Fed Cup débute à Liège face à la Belgique. Mais, en réalité, elle a commencé en amont quand Julien Benneteau, qui étrenne là ses galons de capitaine, a convaincu la numéro un française d'alors, Caroline Garcia, de se repiquer au jeu de la compétition par équipes. Pas simple car la Lyonnaise, qui s'était imposée un break avec la Fed Cup dans la foulée de la finale perdue de 2016, avait très mal pris le tweet goguenard (LOL) et les piques de ses ex-coéquipières à l'annonce de son forfait pour blessure à l'orée d'un barrage contre l'Espagne en avril 2017 En Belgique, on guette donc le comportement de Garcia et l'ambiance des retrouvailles. Kristina Mladenovic, pilier de la maison bleue, est mise sur le banc par Benneteau et fait la moue tout le week-end. Mais Garcia assure, elle, pour son retour : crispée mais victorieuse face à Alison Van Uytvanck (7-6, 4-6, 6-2) le samedi, libérée pour donner le point de la victoire face à Elise Mertens (6-2, 6-3) le dimanche. Car la veille, Alizé Cornet, polytraumatisée de la Fed Cup, s'est montrée impeccable face à la même Mertens à qui elle rendait pourtant trente places au classement WTA (7-6, 6-2). Benneteau a fait le pari de rassembler toutes ses forces malgré les tensions passées. Il l'a gagné. Belle première. Les Bleus ont mis, à Rouen, de la terre battue sous les pieds de Simona Halep, la lauréate de Roland-Garros 2018. La Roumaine, numéro 2 mondiale, s'en régale, expéditive face à Kristina Mladenovic (6-3, 6-1) le premier jour, solide (6-7, 6-3, 6-4) le second sous l'assaut décomplexé de Caroline Garcia lors d'un bras de fer monumental de 3 heures. Heureusement, les Françaises n'ont rien lâché aux seconds couteaux roumains : Garcia n'a pas frémi face à Mihaela Buzarnescu (6-3, 6-3) et Pauline Parmentier, sortie du chapeau par Julien Benneteau, a réussi à égaliser à 2-2 sous la pression face à Irina Begu (6-3, 2-6, 6-2). Halep doit donc s'y recoller en double, elle qui s'est donné pour mission de mener son pays en finale. Dans une ambiance de feu, la doublette Garcia-Mladenovic reformée va pourtant contrarier ses plans. Malgré la perte du premier set, les Françaises ne craquent pas et renversent le sort de la rencontre, victorieuses en trois sets et 2h39' d'efforts (5-7, 6-3, 6-4) du duo Halep-Niculescu. La dernière rencontre de Fed Cup à domicile, sur ce format home-away, a été épique. La France file en finale. En face, il y a l'Australie qui attend un sacre en Fed Cup depuis 45 ans. il y a surtout Ashleigh Barty, numéro un mondiale, chez elle, à Perth, victorieuse de Roland-Garros en juin, du Masters le week-end précédent et de Caroline Garcia en mode impitoyable (6-0, 6-0) samedi. La France part donc de loin. Mais Kristina Mladenovic (40e mondiale) a foi en elle-même. Et sa foi renverse les montagnes. Sans coup férir samedi pour ouvrir le score face à une Ajla Tomljanovic tétanisée pour sa première sélection avec l'Australie (6-1, 6-1). Sans défaillir dimanche pour abattre Barty au tie-break du troisième set (2-6, 6-4, 7-6 [1]), alors même qu'elle a été menée un set à zéro, balle de break contre elle à 3-4 au deuxième set. Tomljanovic se ressaisit pour battre Pauline Parmentier (6-4, 7-5) et ramener l'Australie à hauteur. Mais la paire Garcia-Mladenovic domine Barty-Stosur, fébriles, dans le cinquième match (6-4, 6-3). La France remporte sa troisième Fed Cup (après 1997 et 2003). Elle le doit à Julien Benneteau, capitaine flamme pour sa première campagne, à son collectif qui l'a mené jusque là et, à Perth, beaucoup à « Kiki ». Toute l'actualité de la Fed Cup

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi