Tennis - FFT - Elections FFT : vive tension autour d'une assemblée générale vite clôturée

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

La liste de Gilles Moretton avait convoqué une assemblée générale pour ramener l'élection du président de la FFT au 16 janvier. Mais le président Bernard Giudicelli ne s'est pas présenté. Bataille procédurale en vue. À l'initiative du camp de Gilles Moretton, avec au moins le tiers des voix requis par les statuts, était organisée ce mercredi une assemblée générale exceptionnelle pour modifier au 16 janvier la date de l'AG élective initialement prévue le 12 décembre, jugée avoir été décalée indûment pour février. Ouverte à 18h30, elle s'est aussitôt clôturée après constatation de l'absence du président de la FFT Bernard Giudicelli, qui en contestait la légitimité en se fondant sur un avis de la Commission fédérale de surveillances ces opérations électorales. lire aussi La campagne pour la présidence de la FFT toujours plus tendue « Le Président de la FFT prend à les institutions en otage » « En voulant jeter le trouble auprès des clubs, ceux qui ont pris des engagements au nom de la Fédération sans aucun mandat ont gravement porté atteinte à l'intégrité, à la réputation et à la notoriété de la Fédération », pointe un communiqué de la Liste Agir et Gagner de Bernard Giudicelli. « Ce report (de l'AG élective) accentue la vacance de la vie fédérale tout en permettant au Président en exercice de mélanger ce rôle, et les moyens qui vont avec, avec sa posture de candidat. Avec ce nouvel épisode (avec son absence ce mercredi) dans la dernière ligne droite électorale qu'il redoute tant, le Président de la FFT prend à présent les institutions en otage et paralyse la vie démocratique fédérale », note de son côté la liste Ensemble Pour un Autre Tennis conduite par Gilles Moretton.