Tennis - Fonds de solidarité - Dominic Thiem ne souhaite pas contribuer au fonds de solidarité pour les joueurs mal classés

L'Equipe.fr
L’Equipe

Alors qu'un fonds de solidarité a été créé pour venir en aide aux joueurs mal classés, privés de revenus durant l'arrêt de toutes les compétitions, Dominic Thiem fait entendre une voix discordante avec la solidarité générale. Alors que le monde du tennis s'est organisé pour venir en aide aux joueurs les plus mal classés, privés de tout revenu durant la période de confinement actuelle, l'Autrichien a fait valoir un avis qui tranche avec l'élan de générosité général. Alors qu'un fonds de soutien aux plus mal classés a été créé par les instances dirigeantes du tennis et que des initiatives privées, à l'image de celle de Stefanos Tsitsipas et Patrick Mouratoglou, naissent régulièrement, Thiem s'est démarqué lors d'une interview accordée au Kronen Zeitung. Dominic Thiem « Beaucoup ne sont pas très professionnels. Je ne vois pas pourquoi je devrais leur donner de l'argent » « Aucun de ces joueurs mal classés ne lutte pour survivre. Toute l'année, j'en vois beaucoup qui ne donnent pas tout au tennis. Beaucoup ne sont pas très professionnels. Je ne vois pas pourquoi je devrais leur donner de l'argent. » Thiem a précisé sa pensée. « Je préfère donner à des gens ou des institutions qui en ont vraiment besoin. Aucun métier au monde ne vous garantit un gros succès au début de votre carrière. Aucun des top joueurs ne se considère comme arrivé, rien n'est assuré et nous devons nous battre continuellement pour notre classement. » Dominic Thiem « Je suis impatient de pouvoir de nouveau me dépenser sans compter sur un court » Par ailleurs, Thiem a fait savoir que, malgré la possibilité de reprise des entraînements en Autriche, il ne comptait pas se remettre au tennis de façon forcenée : « Je ne prendrai part à une période d'entraînement suivie que lorsqu'un nouveau calendrier aura été établi et que nous aurons le feu vert afin de rejouer. Étant donné que la compétition ne va reprendre que dans trois ou quatre mois au plus tôt, il est impossible de s'entraîner sans aucune pause pendant tout ce laps de temps. Un mois de préparation physique sera suffisant. Je serai ensuite le premier heureux dès que le circuit reprendra ses droits. Je suis impatient quant au fait de pouvoir de nouveau me dépenser sans compter sur un court. La surface sur laquelle nous pourrons alors évoluer, ça m'est complètement égal. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi