Tennis - JO - Sébastien Grosjean sur Benoît Paire : « On veut l'aider »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Présent à Barcelone pour voir les joueurs français, le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Sébastien Grosjean est revenu vendredi sur la décision de la Fédération française de tennis de priver Benoît Paire des Jeux Olympiques de Tokyo. « Pourquoi avoir décidé de ne pas retenir Benoît Paire pour les Jeux ?
Au mois de février, le comité d'éthique avait déjà envoyé un avertissement à Benoît, Gilles (Moretton, le président de la FFT) avait parlé à Benoît qui avait envoyé une lettre d'excuses par rapport à son comportement. Il y a eu des comportements compliqués sur le terrain ensuite. C'est une accumulation et par rapport aux valeurs et à l'image des JO, la Fédération a préféré ne pas le sélectionner. Tout en voulant l'aider. C'est surtout une période difficile pour lui. Son comportement sur le terrain s'est-il trop éloigné de ces valeurs sportives ?
Même lui a du mal, il le dit qu'il y a un mal-être depuis quelque temps. On se doit d'avoir un comportement irréprochable sur le terrain. C'est aussi pour l'aider. On veut l'aider, lui expliquer les raisons pour qu'il puisse aller mieux et retrouver son niveau. En tant que capitaine de Coupe Davis qui va accompagner les Bleus aux JO, cette décision vous semble logique ?
Bien sûr que je soutiens la décision de la Fédération. La Fédé est dans son rôle par rapport à une sélection pour une équipe de France pour les JO. J'ai parlé à Benoît longuement ici (à Barcelone où le Français a été éliminé au premier tour). Je l'avais prévenu que la Fédération allait suivre cette voie-là. Sans dire que c'était une sanction mais que c'était une non-sélection. On n'a pas la volonté de le punir mais on veut lui faire prendre conscience de ce qui se passe et l'accompagner derrière. lire aussi Benoît Paire, Jeux interdits « » Vous espérez produire un électrochoc chez le joueur ?
Oui, bien sûr. On espère qu'il va prendre conscience qu'il faut qu'il travaille sur lui-même en ce moment. Son comportement... Même lui s'en rend compte, il n'arrive pas à se contrôler, il a du mal sur les compétitions. Que vous êtes-vous dit lors de cette discussion et comment a-t-il pris la nouvelle ?
C'est une conversation privée, qui reste entre nous, mais qui s'est très bien passée parce que je le connais bien. Il peut facilement discuter. On a parlé de tout. Je ne veux pas rentrer dans les détails. Je pense qu'il accepte la décision et il voit notre volonté d'aider. Ici au premier tour, il a une nouvelle fois dérapé, ça vous interpelle quand vous voyez ça ?
C'est un mal-être, il n'est pas bien sur le court, on voit que c'est difficile. Il y a des joueurs qui ont vraiment du mal à accepter cette période qui est compliquée pour tout le monde et Benoît a plus de mal à gérer cette période. » lire aussi « Benoît Paire est en grande difficulté », selon le DTN de la FFT, Nicolas Escudé