Tennis - Masters (Londres) - Roger Federer: « Un super feeling »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Vainqueur étourdissant de Novak Djokovic (6-4, 6-3), qualifié pour les demi-finales, Roger Federer a passé une excellente soirée, jeudi, à l'O2 Arena. « Est-ce que vous vous sentez aussi jeune que vous en avez eu l'air sur le court ?
Oui, je me sens jeune, c'est vrai, mais je pense que c'est la coupe de cheveux qui fait ça (rire). Vous avez semblé marcher sur l'eau du premier au dernier point. C'était comment, vu de l'intérieur ?
On a beaucoup parlé avec mon équipe, avant le match, sans doute plus d'une heure et quart, à propos de ce qui pourrait arriver dans cette partie. J'ai senti dès le coup d'envoi que j'avais le bon rythme du fond du court et au service. Qu'il serait en danger s'il ne jouait pas du grand tennis. C'était un super feeling mais ça ne voulait pas dire grand-chose parce que Novak, au cours de sa carrière, a souvent réalisé un boulot incroyable pour trouver des solutions vous conduisant à moins bien jouer, ou à être quand même juste au-dessus de vous pour vous battre, comme en finale du dernier Wimbledon. Ça vous a conduit à rester prudent par rapport à vos sensations ?
En tout cas je savais que le début de match n'était pas la clef, mais qu'il était important. J'ai super bien servi durant toute la première manche (83% de premières balles !). Et j'ai été capable de le maintenir sous pression et de varier, surtout quand il s'est mis à jouer très agressivement, ce qui m'a étonné un peu. Mais tout a bien fonctionné pour moi, de bout en bout. C'était une de ces soirées où votre plan de jeu est clair. J'ai eu ce que j'espérais et on a pu voir ma joie, à ma réaction à la fin du match. Quatre ans que vous ne l'aviez plus battu...
On me l'a dit, mais je ne savais pas que ça faisait si longtemps. Je n'avais pas ce feeling parce que j'avais été si proche à Bercy l'an passé et à Wimbledon cette année. En fait j'ai réalisé que je ne l'avais pas battu depuis mon opération au genou, en 2016. Mais je savais que j'aurais mes chances et je suis super heureux du niveau auquel j'ai pu évoluer ce soir. Pensez-vous que Rafael Nadal, à qui vous venez de permettre de terminer 2019 à la première place mondiale, va vous remercier ?
Je ne sais pas, mais je sais qu'il était là (il mime avec ses bras pour signifier « quelque part, dans l'air »). Je suis sûr qu'il a regardé. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi