Tennis - Masters - Novak Djokovic : « J'ai souvent gagné ici »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Novak Djokovic, qui a remporté à quatre reprises le Masters à l'O2 Arena de Londres (la dernière fois en 2015), aborde la compétition en confiance. « Comment abordez-vous ce Masters ?
Savoir que je vais finir l'année n° 1 mondial m'enlève de la pression, mais ne change en rien mon espoir de gagner tous les matches que je vais disputer pour essayer de remporter le titre. J'ai souvent gagné ici, ça me donne évidemment confiance. Le fait qu'il n'y ait pas de public va rendre les choses étranges. Mais on commence à avoir l'habitude, ça va aider. Comment analysez-vous votre groupe ?
Je n'ai jamais affronté Diego (Schwartzman) en indoor (5-0 pour le Serbe dans les confrontations directes). Il n'a jamais joué ici, il n'aura rien à perdre. Il fait la meilleure saison de sa carrière, c'est un compétiteur ''féroce'', l'un des gars les plus rapides sur le Tour. J'espère que je vais gagner pour bien me lancer dans la compétition. Après, Zverev et Medvedev sont les deux joueurs les plus en forme en indoor en cette fin de saison. Ils sont tous les deux grands, avec des grands coups du fond de court, un gros service. Ils ont deux types de jeu similaires. Il faudra que je sois à mon meilleur niveau pour les battre tous. Novak Djokovic « Il n'y a que trop peu de joueurs qui s'en sortent financièrement. » Êtes-vous inquiet pour 2021 ?
Je partage mon inquiétude avec tous les responsables de toutes les entités. Le plus grand souci, c'est l'imprévisibilité. Nous n'avons pas les choses entre nos mains. Ce sont les gouvernements qui peuvent décider si les tournois se jouent, ou pas. Il y a des négociations constantes, beaucoup d'implications financières. Les joueurs les moins bien classés, qui constituent le plus gros groupe, souffrent. J'ai parlé à certains d'entre eux, la situation est complexe. Je pense qu'il faut qu'il y ait plus de communications à tous les niveaux pour mieux appréhender les problèmes et essayer de trouver des solutions. La PTPA (l'association des joueurs professionnels qu'il a lancée) est là aussi, sans vouloir diviser, pour que tout le monde puisse essayer de profiter au mieux du système. Il n'y a que trop peu de joueurs qui s'en sortent financièrement. » lire aussi Masters, mode d'emploi