Tennis - Le patron de Roland-Garros Guy Forget apparaît dans les Pandora Papers

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le nom de l'actuel directeur de Roland-Garros, Guy Forget, est apparu ce lundi dans la liste des personnalités concernées par les Pandora Papers, une vaste affaire portant sur des sociétés offshores révélée par le consortium de journalistes ICIJ. Il aurait été bénéficiaire pendant plusieurs années de l'une d'elles basée aux Îles Vierges britanniques. L'ancien tennisman français et actuel patron de Roland-Garros Guy Forget est apparu ce lundi dans la liste des personnalités concernées par les Pandora Papers, enquête journalistique mettant au jour l'utilisation de sociétés basées dans des paradis fiscaux par des personnalités du monde entier. Selon Radio France, Guy Forget aurait été bénéficiaire pendant plusieurs années d'une société domiciliée aux Îles Vierges britanniques. D'après l'enquête, la société Mainland Group Limited - qui existerait depuis au moins depuis 2005 et a été dissoute en 2016 - aurait bénéficié à Guy Forget, 56 ans, ancien capitaine de l'équipe de France en Coupe Davis et actuel directeur de Roland-Garros. Cette société avait pour objet, toujours selon les documents obtenus par Radio France, de « détenir des droits de propriété intellectuelle », et les actifs (1,4 million d'euros) étaient des « droits de propriétés intellectuelles de divers sportifs ». « Incompétent pour gérer ces questions financières » Interrogé par les journalistes à ce sujet, Forget s'est défendu en évoquant IMG, la principale société de gestion des intérêts des sportifs au monde : « Depuis mon adolescence, et au début de ma carrière professionnelle dans les années 1980, jusqu'à ma période de capitaine des équipes nationales, la société mondialement connue IMG gérait mes intérêts et mes contrats comme ceux de très nombreux sportifs de haut niveau dans la plus grande légalité. » lire aussi Pep Guardiola (Manchester City) et Angel Di Maria (PSG) cité dans les Pandora Papers Le Français ajouté : « Si j'ai fait appel à la société IMG, c'est précisément parce que je suis parfaitement incompétent pour régler et gérer ces questions financières, juridiques et fiscales. » IMG, de son côté, a expliqué avoir stoppé sa collaboration avec Guy Forget à la fin de sa carrière sportive, soit huit ans avant la création de la société offshore. « Nous n'avons aucune trace d'une association entre Mainland Group Ltd et IMG. Guy Forget était un client d'IMG lorsqu'il était joueur de tennis professionnel, jusqu'en 1997, date à laquelle son contrat de représentation a officiellement pris fin », justifie l'agence. Une incertitude demeure car deux versions contradictoires s'opposent : IMG date la fin de leur collaboration en 1997, quand Guy Forget la situe à la fin de sa « période de capitaine des équipes nationales », qui a pris fin en avril 2012. Et dans ce laps de temps, la société Mainland Group Limited est apparue. Mais à l'initiative de qui ?
lire aussi Toute l'actualité du tennis

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles