Tennis - Peng Shuai - « Il faut qu'on soit mobilisés » affirme Nicolas Mahut à propos de la joueuse chinoise Peng Shuai

·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après sa victoire, lundi, en compagnie de Pierre-Hugues Herbert face à la paire Cabal-Farah (7-6 [1], 6-4) pour réussir leur entrée en lice au Masters de Turin, Nicolas Mahut est revenu sur le cas de la joueuse Peng Shuai, qui n'a plus donné de nouvelles depuis ses accusations de viol portées contre un ancien dirigeant chinois. Leur victoire contre la paire Cabal-Farah (7-6 [1], 6-4) pour leur entrée en lice au Masters Nicolas Mahut : « On est très contents du match. À part une petite alerte au tout début du premier set, un no-ad sur notre service, j'ai le sentiment qu'on a vraiment dominé le premier set. Balle de set à 5-4, balle de set à 6-5, on ne les fait pas. Derrière, le tie-break tu ne sais pas comment ça peut se passer, mais on l'a bien négocié (7-1). Dès le début du second, on passe devant. On leur a mis beaucoup de pression. On a joué avec nos forces, on a bien servi, on a été percutants. Il y a un petit moment de flottement quand on mène 4-3, 40-15 au deuxième. Mais ce que je retiens, c'est la réaction qu'on a à 4-4. Notre niveau et notre attitude ne baissent pas, au contraire on réussit à élever le niveau à ce moment-là. lire aussi Débuts gagnants pour la paire Herbert-Mahut au Masters Pierre-Hugues Herbert : « Je suis très satisfait de notre match. Il y a eu un petit passage à vide sur mon service. C'est un peu la particularité de ce Masters : j'ai encore une petite cicatrice de notre première année. Ça y ressemblait beaucoup. C'était un match qu'on avait complètement dominé contre Dodig-Melo (défaite 3-6, 7-6 [4], 10-7 en 2015). Il y a un truc qui est un peu remonté. Mais ce que je retiens, comme l'a dit Nicolas, c'est le fait qu'on n'a absolument pas « coupé » derrière. On est restés dans le match. » Nicolas Mahut « Ma première victoire, c'est de ne pas être tombé dans l'escalier à l'entrée sur le court. J'étais ultra-concentré pour ne pas trébucher et ne pas faire le tour du monde. » La notion de plaisir Mahut : « Je suis vraiment très content de ça. On se l'est dit avant le match, on l'a répété avec le staff. Dans le premier match de l'autre poule, j'avais trouvé que ça manquait un peu d'intensité et d'envie. Je voulais vraiment que, nous, on fasse notre match à ce niveau-là, en termes d'intensité et d'intentions sur le court. On a réussi à le faire. Au-delà de la victoire en deux sets, je suis très satisfait des ingrédients qu'on y a mis. » L'ambiance à Turin Herbert : « J'ai trouvé ça très sympa. J'ai bien aimé l'entrée sur le terrain, un peu différente de Londres. Il y avait du monde. Ce sont des conditions très rapides, du coup en double ça se joue énormément au service. Les échanges courts comme ça ne sont pas les plus spectaculaires et n'amènent pas forcément une grosse ambiance, mais on a quand même pris du plaisir. » Mahut : « Les conditions sont plus rapides qu'à Londres. Je pense que le public ne s'est pas encore réveillé, mais ça peut être sympa car je les trouve un peu plus proches du terrain. Moi, ma première victoire, c'est de ne pas être tombé dans l'escalier à l'entrée sur le court. J'étais ultra-concentré pour ne pas trébucher et ne pas faire le tour du monde. À partir du moment où tu arrives sur ta chaise, tu as un petit coup de pression en moins. » Pierre-Hugues Herbert à propos de la Coupe Davis. « Il y a un truc qui manque. Il n'y a pas la cerise sur le gâteau... Il n'y a même plus le gâteau en fait, ce qui faisait qu'on avait la chair de poule dans cette compétition » La Coupe Davis potentiellement à huis clos à Innsbruck Mahut : « On se tient informés. Ça ne serait vraiment pas marrant que ça se joue à huis clos, même si à Madrid il y a deux ans on était vraiment pas loin. Ça serait triste de retomber dans une ambiance comme ça. La Marseillaise dans un stade vide, on l'a déjà fait, c'est triste. » lire aussi Les Bleus et Novak Djokovic sous bulle à Innsbruck pour la Coupe Davis ? Herbert : « Quand on sait ce qu'était la Coupe Davis avant, les rencontres à domicile ou même à l'extérieur dans d'autres pays... Je suis hyper fier de représenter mon pays, mais pour être tout à fait honnête, il y a un truc qui manque. Il n'y a pas la cerise sur le gâteau... Il n'y a même plus le gâteau en fait, ce qui faisait qu'on avait la chair de poule dans cette compétition. Ça me rend triste quand je vois Hugo Gaston et Arthur Rinderknech qui vont faire leur première sélection et qui n'ont pas vécu ce qu'on a vécu. » La situation de la joueuse chinoise Peng Shuai Mahut : « Je suis assez content de voir qu'il y a eu une communication de l'ATP concernant Peng Shuai. La WTA a communiqué hier (dimanche), l'ATP a emboîté le pas. J'espère qu'on va avoir des nouvelles rapidement. Il faut qu'on soit mobilisés. Et que le comité olympique se réveille à quelques mois des Jeux Olympiques d'hiver en Chine (à Pékin du 4 au 20 février). J'espère qu'il saura se prononcer là-dessus. » lire aussi Djokovic touché par la disparition de Peng Shuai

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles