Tennis - Une reprise prudente et progressive

L'Equipe.fr
L’Equipe

Après des semaines d'inactivité, le risque de blessures plane sur la reprise du tennis. Mais joueurs et médecins se veulent rassurants. Si les bobos sont inévitables, il conviendra surtout de reprendre progressivement. Le temps du tennis est revenu. Sur les courts du Centre national d'entraînement (CNE), ce mercredi, Nicolas Mahut et Grégoire Barrère s'en donnent à coeur joie. Les deux joueurs frappent tant qu'ils peuvent. Ils se chambrent également beaucoup. Malgré les mesures sanitaires nouvelles et contraignantes, le plaisir est au rendez-vous, c'est indéniable. Mais tout n'est pas rose pour autant. L'un comme l'autre constatent que cette pause forcée a eu des conséquences sur leur corps. « J'ai l'impression que c'est Karlovic qui sert », lâche un Nicolas Mahut dont l'oeil doit se réhabituer à la vitesse des services adverses. Nettoyez, désinfectez, jouez ! Le corps, dans son ensemble, doit retrouver le goût de l'effort. Même si les joueurs ont fait le nécessaire pour « ne pas passer les journées sur le canapé », rien ne remplace la pratique du tennis. Barrère le confirme. « Cette reprise est top pour la tête, moins pour le corps. Après une heure, je commence à avoir des ampoules. La corne sur les mains a disparu. » Pourtant, il avait eu l'occasion de taper la balle avec Lucas Pouille dans la maison qu'ils avaient louée dans le sud de la France. Nicolas Mahut « Il y a déjà des petits bobos qui apparaissent » Mahut, lui, a eu besoin d'une longue séance d'étirements après avoir ressenti une décharge dans le bas du dos. « Le gros risque actuellement, c'est de se blesser. Il y a déjà des petits bobos qui apparaissent. Le tennis, on ne le perd pas à mon âge (38 ans). La main, ça va. Ce qui est difficile, c'est le service et le jeu de jambes. Les pieds sont lourds, on a l'impression d'avoir des sabots. » Plus tôt dans la semaine, David Goffin avait confié avoir repris très doucement, tapant des centaines de balles pour permettre à son poignet de retrouver la souplesse nécessaire à la pratique du tennis. Le risque de la blessure après des semaines d'inactivité tennistique forcée est bel et bien présent dans tous les esprits. Le docteur Bernard Montalvan, au chevet des équipes de France de tennis, se veut pourtant rassurant. « Les joueurs se connaissent bien. Et puis ils sont avec leur entraîneur qui les connaît bien également. Surtout, la reprise se fait très progressivement. » Pour lui, à moins de griller les étapes et de vouloir en faire trop, trop vite, la blessure ne devrait pas être le principal problème de cette reprise. Toute l'actu liée au coronavirus Avant de retrouver le terrain, les joueurs ont tous passé une batterie de test. Certes, il s'agissait de vérifier qu'ils n'avaient pas été exposés au Covid-19, mais ils ont également pu être rassurés sur leur forme physique générale. Tous les voyants sont au vert pour la reprise. À chacun de savoir écouter son corps. « Et puis nous avons tous connu des semaines d'arrêt auparavant en étant blessé. On ne pouvait pas forcément faire grand-chose avant de reprendre. Non, je ne suis pas inquiet », conclu un Grégoire Barrère que l'on devinait souriant derrière son masque chirurgical.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi