Rolex Paris Masters - Hugo Gaston renverse Carreño Busta et se qualifie pour les huitièmes au Rolex Paris Masters

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Mené d'un set et d'un break, Hugo Gaston, issu des qualifications, s'est accroché et a renversé l'Espagnol Pablo Carreño Busta, mercredi à Bercy (6-7 [3], 6-4, 7-5). Le voici en huitièmes de finale. Hugo Gaston sait décidément comment mettre le feu à Paris. Après son parcours enchanteur jusqu'en huitièmes à Roland-Garros l'année passée, le gaucher de 21 ans s'offre une nouvelle épopée à Bercy. Issu des qualifications, le Français s'est qualifié pour les huitièmes de finale du Masters 1000, mercredi, en s'offrant le 17e mondial Pablo Carreño Busta au deuxième tour (6-7 [3], 6-4, 7-5). lire aussi Le film du match L'Espagnol, qui avait séché le Français l'an passé au premier tour à Bercy (6-3, 6-2), menait pourtant d'un set et d'un break. Mais la semaine de Gaston au Rolex Paris Masters est placée sous le signe des renversements. Au premier tour des qualifs, il a ainsi sauvé deux balles de match face à Kevin Anderson. Lors de ses deux matches suivants (face à Lorenzo Musetti puis Arthur Rinderknech au premier tour), il s'était arraché pour remonter un handicap d'un set et d'un break. Il a réussi la même chose face à Carreño Busta, ancien demi-finaliste à l'US Open (2017 et 2020). Echanges de breaks au deuxième set Entre un Espagnol très propre dans le jeu et un Gaston trop timoré en coup droit pour vraiment faire mal, les débats ont logiquement été dominés par le premier pendant l'acte initial de ce duel. En sortant quelques amorties de sa boîte alors qu'il en avait peu tenté jusque-là, le Français a bien tenté de surprendre son adversaire dans le tie-break. Il a mis trois points grâce à ce coup, mais n'en a pas inscrit un de plus et Carreño Busta a pris les commandes du match à l'issue de ce jeu décisif. lire aussi Le tableau du Rolex Paris Masters La suite a été plus confuse. D'abord parce que le 17e joueur mondial a commencé à perdre sa constance affichée depuis le début du match. Ensuite parce que Gaston a commencé à électriser le court entre amorties bien senties, petits lobs joliment distillés et autres malices sortis de son sac. Aux premiers rangs, ses potes assuraient l'ambiance à chaque temps faible et la salle se chargeait de s'enflammer seule sur les plus beaux coups. Hugo Gaston « Ça commence à tirer mais c'est aussi grâce à votre soutien que j'ai pu faire ça aujourd'hui donc on a gagné ensemble » Le chassé-croisé de breaks a finalement tourné à l'avantage du Français, qui égalisait à un set partout en chipant une dernière fois le service de son adversaire. Envolées, les douleurs au dos qui l'avaient contraint à prendre un temps mort médical dans le premier set, Gaston repartait à l'assaut et finissait avec le soutien du public par faire plier son adversaire. « Merci », écrivait-il au moment de signer la caméra. « C'était compliqué, je vais commencer par tous vous remercier, disait-il ensuite au public. Vous avez été incroyables aujourd'hui. Ce n'est pas facile, ça commence à tirer mais c'est aussi grâce à votre soutien que j'ai pu faire ça aujourd'hui donc on a gagné ensemble. Je n'avais pas grand-chose à perdre, il fallait que je joue mon jeu sans avoir de regrets, ce que j'ai réussi à faire. » À coups de pas grand-chose à perdre, le voilà en huitièmes où s'annonce une belle affiche face à Jannik Sinner ou Carlos Alcaraz.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles