Tennis - Rolex Paris Masters - Pablo Carreño Busta condamné à l'exploit face à Rafael Nadal en quarts de finale du Rolex Paris Masters

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

L'Espagnol Pablo Carreño Busta n'a jamais battu son compatriote en six confrontations. Mais il affiche une forme intéressante sur ce Rolex Paris Masters, alors que Nadal a dû batailler. Ils s'affrontent en quarts de finale ce vendredi (18h30). Leurs parcours : Carreno Busta plus frais Pablo Carreño Busta n'a pas perdu le moindre set en route lors de ses trois premiers tours contre Gaston, Struff et Gombos. Mais la partie était plutôt aisée face à deux joueurs hors du top 100 et un Allemand en panne de résultats depuis deux mois. Quant à Rafael Nadal, il monte doucement en régime, même s'il a été bousculé par son ami Feliciano Lopez pour son premier match depuis son sacre à Roland-Garros. En manque de rythme, le Majorquin, moins percutant qu'à l'ordinaire, s'en est sorti en rallongeant l'échange (4-6 7-6 6-4). Ce jeudi, il a retrouvé son agressivité contre Jordan Thompson (6-1 7-5) et a montré qu'il disposait encore d'une marge de progression dans ce tournoi.

Leurs confrontations : Nadal impitoyable Amis dans la vie, les deux hommes ne se font pas de cadeau sur le court. Enfin, surtout le n°2 mondial : en six rencontres, son compatriote ne lui a pris un set, lors de leur entrée en lice à Doha, en 2016. Cette année, leurs matches ont été à sens unique, que ce soit à l'Open d'Australie en janvier (6-1 6-2 6-4) ou sur l'ocre de Rome plus récemment (6-1 6-1). C'est que jeu en cadence du demi-finaliste de l'US Open correspond parfaitement à Nadal, qui se fait un plaisir de dicter l'échange.

Leurs styles de jeu : Nadal a plus d'armes Rafael Nadal a su faire évoluer son jeu au fil des années, notamment en slice de revers et à la volée, pour être désormais quasi-indéfectible. Il a également amélioré sa traversée de balle en coup droit, particulièrement sur les balles basses, un atout indispensable sur surfaces rapides. De son côté, Carreno Busta est un métronome du fond du court, en coup droit comme en revers. Sans véritable coup fort, il s'appuie sur les accélérations adverses pour donner de la vitesse à sa propre balle. Sa bonne mobilité lui permet d'être à l'aise quand l'échange se prolonge, mais il ne semble pas (pour l'heure) disposer des armes pour déranger son adversaire du jour.