Tennis - Serena Williams « choquée » par la situation de Peng Shuai

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La joueuse américaine a publié un court message jeudi pour s'inquiéter du sort de la joueuse chinoise Peng Shuai, qui n'a plus donné de nouvelles fiables depuis le 2 novembre. D'abord très timorées - à l'exception de Alizé Cornet samedi, Nicolas Mahut dimanche ou Naomi Osaka mardi entre autres -, les réactions du monde du tennis à l'absence de nouvelles fiables de Peng Shuai ont pris de l'ampleur dans la journée de jeudi.
Voix de premier plan à s'exprimer sur le sujet, Serena Williams a partagé l'image de la joueuse chinoise devenue symbole des interrogations « Où est Peng Shuai », assortie de quelques mots : « Je suis choquée d'entendre les nouvelles à propos de ma consoeur. J'espère qu'elle est en sécurité et que nous la retrouverons rapidement. Nous ne devons pas rester silencieux. » Gerard Piqué, le footballeur espagnol et surtout acteur majeur de la Coupe Davis nouvelle version, a également partagé la photo. Tout comme Paul-Henri Mathieu, Benoît Paire, Julien Benneteau, Gilles Simon, Quentin Halys ou encore Stanislas Wawrinka, Kim Clijsters, Fabio Fognini durant cette journée.
Un mail douteux mis en avant par la chaîne d'État chinoise L'ITF, la fédération internationale de tennis, a également publié un communiqué rappelant son souci « de la sécurité des joueurs et joueuses et [qu'elle] soutient une enquête complète et transparente sur cette affaire ». Sollicité, le Comité international olympique a décliné toute prise de position, déclarant à l'agence de presse Reuters que « l'expérience montre qu'une discrète diplomatie offre la meilleure opportunité pour trouver une solution à des questions de cette nature ».
La veille, CGTN, la chaîne d'État chinoise, avait diffusé un mail attribué à Peng Shuai, qui n'a plus donné signe de vie depuis le 2 novembre, après avoir accusé un officiel chinois de l'avoir violée. Le contenu du mail en question et le média qui l'a diffusé laissaient cependant planer un doute très sérieux sur son authenticité. Elle aurait affirmé dans ce mail, envoyé à la WTA, que « les informations, notamment concernant l'accusation d'agression sexuelle, sont fausses. Je ne suis ni disparue ni en danger. J'étais juste au repos chez moi, tout va bien ». Dans la foulée, Steve Simon, patron de la WTA, avait vivement réagi, estimant avoir « du mal à croire que Peng Shuai a réellement écrit l'e-mail que nous avons reçu ou croit ce qui lui est attribué ». Et d'ajouter : « Il soulève seulement mes inquiétudes quant à (la) sécurité et (aux) allées et venues » de Peng Shuai.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles