Tennis - Tête contre le poteau ou ventilateur capricieux... Les blessures incongrues du tennis

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Il n'y a pas que les tendinites et les entorses dans la vie des joueurs de tennis. À Abu Dhabi, les amours contrariées de Kirsten Flipkens avec un panneau publicitaire viennent de nous le rappeler.

David Goffin: valse avec la bâche

Contreur pugnace et galopeur infatigable, David Goffin n'est guère adepte des bâches de revers. Il les goûte encore moins depuis qu'il s'est pris la cheville droite dans celle du Suzanne-Lenglen en 2017. Point gagné mais retour clopin-clopant à la maison. Le Liégeois s'en tirera avec une déchirure musculaire. Roland-Garros, avec une belle polémique sur le danger de ces bâches.

Ivanisevic et Philippoussis: fortes têtes

Leur association en double promettait de faire des étincelles. Réunis pour la quatrième fois en double au tournoi de Toronto en 1998, Goran Ivanisevic et Mark Philippoussis en ont produit des étincelles quand, en voulant reprendre une balle perdue de la tête (oui, oui), leurs caboches ont cogné tels deux silex dans une grotte du Paléolithique. Six points de suture pour le Croate, une vilaine bosse au front pour son acolyte australien. Fin de partie. « J'étais plus près de la balle mais Mark est arrivé comme une fusée. J'ai immédiatement ressenti une intense douleur », développera le fantasque Ivanisevic. Leçon retenue, ils ne rejoueront qu'une seule fois ensemble, en 1999.

Kirsten Flipkens: culture pub

Dans la catégorie « chat noir », c'est Kirsten Flipkens qui a repris le flambeau le 8 janvier, lors du tournoi d'Abu Dhabi. Alors qu'elle mène contre Sofia Kenin, la 86e mondiale s'envole pour jouer une balle bombée et se tord la cheville en retombant près d'un panneau publicitaire posé aux pieds de la juge de ligne. Contrainte à l'abandon, elle plaidera pour la suppression de ces viles crapules. Ironie du sort, c'est l'hôpital Healthpoint, celui figurant sur panneau de pub, qui l'a prise en charge après cette mésaventure.

James Blake: grillé au poteau

Puncheur au coup droit létal, James Blake n'était pas du genre à faire dix mille chandelles sur le court. Il en a pourtant vu 36 au tournoi de Rome en 2004. Alors qu'il s'échine à récupérer une amortie à l'entraînement, l'Américain finit sa glissade la tête contre le poteau du filet et se fracture la 7e vertèbre cervicale. « Si c'est pas ridicule, pour un joueur professionnel, de se prendre le poteau du filet en pleine tête... », relativisera-t-il plus tard. Ayant craint de ne jamais remarcher, le joueur à la tête bien faite (étudiant à Harvard) atteindra son meilleur classement, 4e, deux ans et demi après ce tête-à-queue.

Kristyna Pliskova: qui sème le vent...

Tournoi de Nanchang, juillet 2017. Il fait chaud et humide, comme tous les étés dans la capitale du Jiangxi, en Chine. Kristyna Pliskova vient de réaliser le double break contre Nao Hibino, 3-0 au tableau, une promenade de santé. Enhardie, la 37e mondiale décide alors de déménager le ventilateur mal positionné derrière sa chaise. Mais le bougre s'avère plus accrocheur que son adversaire et son pouce gauche heurte les pales du fougueux engin. Coupure et abandon. Bon vent.