Tennis. Les T-shirts “Où est Peng Shuai ?” autorisés : l’Open d’Australie a compris “ce qui était juste”

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les autorités australiennes de tennis sont revenues sur leur volonté d’interdire tout signe ostentatoire en soutien à la joueuse chinoise, qui a un temps disparu après avoir accusé de viol un ancien haut dignitaire du Parti communiste.

“Moins de 24 heures après avoir réaffirmé leur position initiale”, les autorités australiennes de tennis ont changé d’avis et décidé d’autoriser le port de T-shirts avec le message “Where Is Peng Shuai ?” (“Où est Peng Shuai ?”) dans les tribunes de l’Open d’Australie, rapporte The Age mardi 25 janvier.

La joueuse de tennis chinoise avait disparu après avoir déclaré sur le réseau social Weibo avoir été violée par Zhang Gaoli, ex-membre du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois. Depuis, Peng Shuai a refait des apparitions, récusant ses propres accusations. Des déclarations qui n’ont pas convaincu la WTA, l’association régissant le tennis mondial féminin, qui a suspendu l’organisation de tournois en Chine.

À lire aussi: #MeToo. Affaire Peng Shuai : en sanctionnant la Chine, la WTA montre l’exemple

Craig Tiley, le patron de Tennis Australia – la fédération australienne de tennis –, a confirméque les banderoles seraient toujours interdites pour des raisons de sécurité mais que les T-shirts seraient à présent permis”, indique le journal australien.

La pression des médias

Tiley a ainsi tenu à faire une distinction :

Si quelqu’un veut porter un T-shirt et exprimer sa

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles