Tennis de table - Euro - Test européen pour les pongistes français avant les Jeux Olympiques

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les Championnats d'Europe individuels qui s'ouvrent ce mardi à Varsovie (Pologne) sont l'occasion pour les Français de se tester avant les Jeux Olympiques (23 juillet-8 août).

Des Championnats d'Europe à un mois des Jeux Olympiques, c'est du jamais vu. Mais comme dans de nombreuses disciplines, les pongistes ont vu leur calendrier bouleversé par la pandémie, et cet Euro individuel repoussé de neuf mois (1). Après une saison limitée en termes de compétitions internationales, le meilleur du ping européen se testera jusqu'à dimanche à Varsovie avant l'affrontement olympique à Tokyo.

Le choix de participer n'a pas été facile pour tous. « J'ai hésité à y aller à cause du Covid, avoue Simon Gauzy, numéro 1 français et vice-champion d'Europe en 2016. Même si je suis vacciné, un cas contact dans un aéroport ou un avion ça va vite, et prendre deux semaines à la maison, quand ça fait deux mois qu'on s'entraîne pour les Jeux, ça me fait un peu peur. Mais je suis content d'avoir cette compétition. Difficile de se dire que c'est un objectif à part entière, mais c'est une bonne évaluation, une possibilité d'engranger de la confiance et de s'affirmer comme prétendant à un bon résultat aux JO. »

lire aussi
Gauzy, Lebesson et Cassin sélectionnés pour les Jeux

Ces Championnats d'Europe vont permettre aussi aux pongistes tricolores de se remettre dans le bain d'un format plus proche des JO. « Ça fait pas mal de temps qu'ils n'ont pas eu de compétition, et les dernières (en mars au Qatar) étaient en trois sets gagnants, avec les nouvelles règles du circuit WTT (le nouveau nom du World Tour), remarque Patrick Chila. C'est bien de refaire des matches en quatre sets gagnants. » Pour le capitaine de l'équipe de France masculine, l'Euro ne compte pas comme une compétition de préparation. « On n'a pas des médailles tous les jours en France, il faut chercher tout ce qu'on peut. Mais sur la préparation physique, ils seront prêts pour les JO, on ne peut pas être dans une forme optimale pendant trois mois. »

L'expérience d'Emmanuel Lebesson en 2016 peut en témoigner : avec une préparation intensive débutée bien avant les Jeux, il était arrivé sur les rotules à Rio, avant de devenir champion d'Europe... trois mois plus tard. Les Championnats d'Europe de Varsovie peuvent en revanche lui servir à peaufiner son association avec Jianan Yuan en double mixte, sa meilleure carte à jouer à Tokyo, et avec Alexandre Cassin, en vue de l'épreuve par équipes.

Du côté de l'équipe de France féminine, avec Jianan Yuan, Prithika Pavade, Stéphanie Loeuillette et Pauline Chasselin (remplaçante) qualifiée pour les Jeux après le forfait de la Corée du Nord, il s'agit également de se tester avant l'échéance olympique. Et pour la jeune Prithika Pavade, 16 ans, d'observer encore un peu plus le monde des compétitions seniors pour acquérir de l'expérience.

(1) Ils étaient prévus du 15 au 20 septembre 2020. Ils avaient lieu au printemps jusqu'en 2008, à l'automne depuis.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles