Tennis - La WTA doute de l'authenticité du mail de Peng Shuai

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Steve Simon, le patron de la WTA, a réagi mercredi au mail attribué à Peng Shuai, qui ne donne plus signe de vie depuis une dizaine de jours. Il a exprimé ses doutes sur l'authenticité du document. Mercredi en début de soirée, CGTN, la chaîne d'État chinoise, a diffusé un mail attribué à Peng Shuai, qui n'a plus donné signe de vie depuis le 2 novembre, après avoir accusé un officiel chinois de l'avoir violée. Le contenu du mail en question et le média qui l'a diffusé laissent cependant planer un doute très sérieux sur son authenticité. Steve Simon « (Le mail) soulève seulement mes inquiétudes » Steve Simon, le patron de la WTA, a réagi en ce sens, mercredi, quelques heures après la diffusion de ce courrier. « Il soulève seulement mes inquiétudes quant à (la) sécurité et (aux) allées et venues (de Peng Shuai), a-t-il déclaré dans un communiqué. J'ai du mal à croire que Peng Shuai a réellement écrit l'e-mail que nous avons reçu ou croit ce qui lui est attribué. Peng Shuai a fait preuve d'un courage incroyable en décrivant une allégation d'agression sexuelle contre un ancien haut fonctionnaire du gouvernement chinois. » Steve Simon « La WTA (...) a besoin d'une preuve indépendante et vérifiable » « La WTA et le reste du monde ont besoin d'une preuve indépendante et vérifiable qu'elle est en sécurité, a ajouté Simon. Peng Shuai doit être autorisé à s'exprimer librement, sans contrainte ni intimidation de quelque source que ce soit. Son allégation d'agression sexuelle doit être respectée, faire l'objet d'une enquête en toute transparence et sans censure. Les voix des femmes doivent être entendues et respectées, pas censurées ni dictées. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles