Tennis - WTA - Miami - Bianca Andreescu rejoint Ashleigh Barty en finale de l'Open de Miami

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Proche de la défaite face à Maria Sakkari, Bianca Andreescu a réussi à retourner la situation (7-6 [7], 3-6, 7-6 [4]). La Canadienne défiera Ashleigh Barty, n°1 mondiale, en finale de l'Open de Miami. Bianca Andreescu est en finale de l'Open de Miami, mais face à Maria Sakkari la Canadienne a dû puiser dans ses dernières ressources pour s'imposer dans un match qui la fuyait inexorablement. Car très souvent Andreescu a subi la loi de son adversaire. Surtout, elle a montré ses limites actuelles après une année 2020 loin des courts. Des limites essentiellement physiques. Trop régulièrement elle commettait de grosses fautes en raison d'un jeu de jambes approximatif. Au-delà des deux heures de jeu, elle paraissait touchée physiquement, en manque de fraîcheur et de dynamisme. Pour preuve quelques amorties très mal touchées, jouées comme pour se débarrasser de la balle.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

On l'a même vue au bord des larmes, résignée, lorsque son adversaire menait 4-2 dans le dernier set. Rattrapée par l'émotion, elle en oubliait de regagner sa chaise et l'arbitre devait lui rappeler qu'il s'agissait d'un changement de côté. On a surtout vu des limites tactiques. Lorsqu'elle s'est révélée au plus haut niveau avec une victoire de prestige à l'US Open 2019 face à Serena Williams, Andreescu enthousiasmait par son tennis total et sa capacité à parfaitement utiliser la géométrie du court. Face à Sakkari, on l'a surtout vue s'entêter à frapper fort, quitte à vendanger. Dans la mesure où elle a gagné, on peut penser que la tactique était la bonne, mais on reste sur notre faim. lire aussi Ashleigh Barty défendra son titre à Miami Un mental de guerrière Mais même au plus bas dans cette rencontre, la Canadienne a su montrer sa force de réaction. Ne ménageant pas ses cris de rage sur le court, elle a su bien remporter les points importants, notamment dans le tie-break du troisième set. Poussée dans ses retranchements par une adversaire qui avait déjà sauvé six balles de match dans ce tournoi, Andreescu a prouvé qu'elle avait toujours l'âme d'une championne. Face à Ashleigh Barty, il lui faudra également retrouver un peu de ce tennis magique qui la fuit encore.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.