Tennis - WTA - WTA : qui sera la meilleure terrienne de la saison ?

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Alors que la saison européenne sur terre battue s'ouvre pour les femmes au tournoi de Stuttgart (19-25 avril), on évalue les chances d'y briller des nouvelles terreurs du circuit. Iga Swiatek, toujours juste (****) Avait-on besoin d'un sacre précoce à Roland-Garros 2020 pour comprendre que les gifles en coup droit et le service kické de la Polonaise feraient un malheur sur terre ? Sans parler de ses zones toujours justes et de ses trajectoires polies pour la surface. Iga Swiatek ou le prototype de la joueuse ès terre. Un grain de sable dans cette mécanique, peut-être : la jeune femme de 19 ans résistera-t-elle à la pression de la défense du titre à l'approche de Roland-Garros ? Ashleigh Barty, très complète (****) Mieux cotée sur dur, Ashleigh Barty avait surpris son monde (elle en premier) en chipant Roland-Garros en 2019. Depuis, la numéro 1 mondiale, forfait pour l'édition 2020, ne compte que trois matches sur cette surface, et encore, sur la terre verte de Charleston. Techniquement irréprochable, robuste mentalement, dotée d'un revers slicé très efficace, l'Australienne de 24 ans, exilée de son pays pour de longs mois, déploie un jeu assez complet et malin pour ne pas avoir fait le voyage pour rien. Bianca Andreescu, un peu fragile (***) Une défense en acier, des nerfs solides, des glissades élastiques, un sens du jeu affûté, une belle main. Sur le papier, les fées de la terre battue ont gâté la véloce Bianca Andreescu (20 ans). Reste ce physique fragile qui peut, sur une surface aussi exigeante, voler en éclats. La Canadienne a également très peu de références sur ocre. Sera-t-elle la surprise du chef ? Naomi Osaka, trop impatiente (**) La dernière fois que Naomi Osaka (23 ans) a foulé la terre battue, ça ne s'est pas très bien passé (défaite 0-6, 3-6 en Fed Cup contre l'Espagnole Sara Sorribes Tormo). La Japonaise est explosive et couvre bien son terrain mais, si elle peut emballer un échange en deux coups de raquette sur dur, la brique pilée l'oblige à besogner, à soigner un jeu de jambes parfois approximatif et à hasarder des plans B. Pas vraiment dans le logiciel de la numéro 2 mondiale, qui ne fera sa rentrée sur terre qu'à Madrid (29 avril-8 mai). Sofia Kenin, jamais battue (*) Certes, Sofia Kenin (22 ans) a atteint la finale à Roland-Garros l'an passé, certes le fighting spirit de l'Américaine lui a permis par le passé de se sortir de situations compliquées... Mais voilà, cette saison, la lauréate de l'Open d'Australie 2020 marque le pas et son jeu, pourtant serti d'amorties à deux mains bien touchées et de quelques trajectoires intelligemment bombées, peut vite s'annihiler sur terre.