Tenu en échec par Ferencvaros, Monaco garde son destin en main en Ligue Europa

Ben Yedder a marqué le premier but du match. (B. Szabo /Reuters)

Défait à l'aller (0-1) en Principauté, Monaco n'a pas réussi à prendre sa revanche sur Ferencvaros (1-1) jeudi, en Ligue Europa. Mais si l'ASM ne peut plus terminer première, il lui suffira de battre l'Étoile Rouge pour accéder aux 16es de finale.


Le match : 1-1

Giflé à Trabzon (0-4) il y a deux semaines, Monaco risquait gros jeudi sur la pelouse de Ferencvaros car une défaite aurait pu l'éliminer avant même la dernière journée de la phase de groupes. L'ASM n'a pas perdu (1-1), c'est déjà ça, mais elle pourra nourrir des regrets. Elle a mené au score pendant près d'une heure jusqu'à l'égalisation de Kristoffer Zachariassen à la 82e. Avant que Guillermo Maripan ne gâche une balle de match au bout du temps additionnel (90e+5).


lire aussi

Le film de Ferencvaros - Monaco

Bonne nouvelle : s'ils ne peuvent plus finir premiers (et donc se qualifier directement pour les huitièmes), les joueurs de Philippe Clement ont repris la deuxième place du groupe H à Trabzonspor, défait par l'Étoile Rouge (1-2). Ils auront donc leur destin en main face aux Serbes la semaine prochaine, dans un match qui sera tout aussi important pour les visiteurs. Au classement, Monaco (2e, 7 points), Trabzon (3e, 6 points) et l'Étoile Rouge (4e, 6 points) se tiennent en un point. Ferencvaros (1er, 10 points) est assuré de terminer en tête.

Renforcée par le passage à trois défenseurs axiaux et le retour de Mohamed Camara, suspendu à Lille (3-4) dimanche, l'ASM a retrouvé en première période des couleurs qu'elle avait perdues ces deux dernières semaines. Après s'être logiquement vu refuser un but pour hors jeu à la 4e minute et frappé sur la transversale à la 5e, Wissam Ben Yedder a réussi un geste de génie à la demi-heure de jeu, en coupant d'une Madjer un centre précis d'Axel Disasi au premier poteau (31e, 1-0).

Las, Kevin Volland a raté la balle du 2-0 au retour des vestiaires (voir ci-dessous), et son équipe a fini par craquer face aux assauts répétés du champion de Hongrie. Philippe Clement n'avait alors effectué qu'un changement, contraint (Diatta à la place de Vanderson, blessé en première période), et les entrées de Breel Embolo et Jean Lucas (83e), sans doute trop tardives, n'ont rien changé.


Le tournant : Volland a eu la balle du 2-0

Dominateur jusqu'à la mi-temps, Monaco a davantage souffert en seconde période. Mais à l'image du coup de tête de Maripan dans le temps additionnel, Kevin Volland pourra s'en vouloir, car il a raté une grosse occasion de doubler la mise en s'emmêlant les pinceaux devant le but à la 67e, sur un coup franc d'Alexandre Golovine. La défense hongroise n'avait pas réussi à se dégager.