Thibaud Flament : « Contre les Springboks, ça va vraiment ferrailler »

Sauf surprise, Thibaud Flament sera titulaire contre l'Afrique du Sud samedi. (A. Mounic/L'Équipe)

Le deuxième-ligne des Bleus Thibaud Flament s'attend à un rude combat face à l'Afrique du Sud, samedi (21 heures). En face, à son poste, il y aura ce qui se fait de mieux sur la scène internationale.

« Dans quel état d'esprit êtes-vous à trois jours d'affronter les champions du monde sud-africains (samedi, 21 heures) ?
Il y a de l'impatience. C'est le deuxième match d'une série qu'on a plutôt bien démarrée (victoire contre l'Australie, 30-29). Dès le début de la préparation, on savait que ce match contre les Springboks nous attendait. Maintenant, il nous tarde d'y être.

Jouer les Boks, c'est comme passer au révélateur quand on joue devant ?
Oui, c'est un match qui fait figure de test. C'est une sélection qu'on n'a pas affrontée depuis longtemps (été 2018). C'est bien de se confronter à toutes les nations de l'échiquier mondial pour savoir où l'on se situe exactement. Défier les Boks, c'est aussi un "step up" en termes d'engagement, d'intensité et de combat. Ça va vraiment ferrailler. On l'a vu déjà contre l'Irlande, le week-end dernier (défaite 19-16), où c'était vraiment très engagé. On s'attend à beaucoup d'agressivité. On en est conscient, donc on se prépare pour répondre à ça.

lire aussi : Les Bleus toujours sans Danty à l'entraînement avant la réception de l'Afrique du Sud

Quel regard portez-vous sur les deuxième-ligne sud-africains ?
Depuis plusieurs années, ils font figure de références à ce poste. Pas seulement de par le combat qu'ils infligent à leurs adversaires, mais aussi parce qu'ils sont très adroits techniquement. Je pense par exemple à une passe après contact d'Eben Etzebeth contre l'Irlande, qui était magnifique. Ce sont des deuxième-ligne très complets, physiquement impressionnants.

Vous avez évolué en 5 contre l'Australie, alors que vous avez plutôt l'habitude de jouer en 4. Vous n'avez pas semblé particulièrement gêné...
Non, je me sens bien à ce poste de 5, même si le travail est différent. J'aime bien avoir cette polyvalence en deuxième-ligne et en troisième-ligne. J'y prends du plaisir.

lire aussi : Podcast « Crunch » : Petites frayeurs avant les Boks

C'est quoi la différence entre jouer 4 et jouer 5 ?
En général, le 4 est plus mobile, plus athlétique, plus léger, joue plus au ballon. Alors que le 5 est en théorie plus lourd et plus costaud. Il est plus là pour déstructurer les mauls, mettre de l'impact dans les rucks. C'est un travail un peu différent.

Disputer une rencontre au Vélodrome, qu'est-ce que ça change ?
C'est un stade mythique. J'y ai déjà joué avec le Stade Toulousain contre Toulon en Top 14. C'est une ambiance particulière, un stade unique. On sait que c'est un public qui se manifeste beaucoup au foot. Ça peut nous aider dans les dix dernières minutes. Ça pourrait même faire la différence. »

lire aussi : L'actualité du rugby