Pour Thierry Henry, entrainer "Arsenal n'est pas un dû"

Lors d’un entretien accordé au Canal Football Club dimanche, Thierry Henry a évoqué sa nouvelle carrière d’entraineur, lui l’actuel deuxième assistant du sélectionneur de la Belgique Roberto Martinez. Il s’est également exprimé sur la potentielle succession d’Arsène Wenger à Arsenal.  

En Belgique, il est ce que l’on appelle le « T3 » de la sélection. Traduction, Thierry Henry, pour son premier poste de coach au haut niveau, officie en tant que deuxième assistant du boss Roberto Martinez. A 39 ans, l’homme aux 51 buts (123 sélections) en équipe de France découvre son nouveau métier d’entraineur. Un apprentissage qu’il a longuement évoqué lors d’un entretien accordé au Canal Football Club dimanche. Et à l’heure où l’avenir d’Arsène Wenger à Arsenal s’inscrit plus que jamais en pointillé, Henry a abordé la potentielle succession du coach alsacien à la tête des Gunners, que certaines voix lui promettent.

A lire aussi >> Thierry Henry: "Mbappé ? Qu'est-ce qu'il est bon"

« Difficile pour moi de parler de ça »

« Il y a des choses qu'il faut respecter, a confié Henry. C'est mon club de cœur oui, mais ça ne veut pas dire que j’ai un passe-droit, que c’est un dû. La succession d’Arsène Wenger, je suis comme tout le monde, j'entends. Après c'est difficile pour moi de parler de ça. J'ai énormément de respect pour le coach et ce qu'il a fait. Les gens parlent, on ne peut pas les empêcher de le faire. Est-ce que je suis prêt ou pas, je ne le sais pas. Il faut que j’apprenne le métier. » On se souvient qu’à l’été 2016, Henry devait s’installer en tant qu’adjoint sur le banc des U18 d’Arsenal. Mais Wenger en avait finalement décidé...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages