Thomas Bach conforté par les consultations sur le retour au statut neutre des athlètes russes et biélorusses

Un consensus semble se dessiner autour de la solution envisagée par le président du CIO Thomas Bach. (E. Garnier/L'Équipe)

Sur la question du retour au statut neutre des athlètes russes et biélorusses dans les compétions internationales et les JO de Paris 2024, Thomas Bach a été renforcé dans son opinion à l'issue de deux réunions avec les présidents de Fédérations internationales et les membres du CIO.

Thomas Bach doit se sentir conforté sur sa position quant à la participation des athlètes russes aux Jeux Olympiques à l'issue des deux réunions tenues mardi en visioconférence. La première rassemblait les présidents de Fédérations internationales et la seconde les membres du CIO.

À la suite des réunions, en décembre, de la commission exécutive du CIO et du sommet olympique invitant à « explorer les pistes » pouvant mener à la participation des athlètes russes et biélorusses aux compétitions internationales et surtout aux Jeux Olympiques de Paris 2024, le président du comité international olympique avait convoqué ces réunions d'information et de consultation.

« Il y a eu un large consensus qui s'est dégagé pour dire qu'il faut pouvoir avancer et que le statu quo n'est pas la meilleure solution », indique un membre du CIO. Selon plusieurs participants à l'une ou l'autre des réunions, aucune opposition ferme ne s'est manifestée quand il a été question de la réintégration de la Russie et de la Biélorussie. Aucun des membres russes ou ukrainiens du CIO ne s'est exprimé.

lire aussi : Thomas Bach : « Nous voulons voir une délégation olympique ukrainienne forte aux Jeux Olympiques Paris 2024 »

« Les présidents de Fédérations internationales sont plutôt pour le respect de la charte olympique », précise l'un d'eux qui insiste sur le fait qu'il n'est pas question de lever les sanctions prises à l'encontre de la Russie ou du Bélarus : si, comme cela semble se dessiner, les athlètes sont admis dans des compétitions internationales, ce sera sous statut neutre, sans hymne ni drapeau. « Au niveau des sanctions contre la Russie, il n'y a aucune raison de changer quoi que ce soit », insiste un membre du CIO.

Les choses doivent être réglées rapidement, les qualifications olympiques étant déjà en cours dans plusieurs sportsChacun reste conscient des réactions qui pourraient suivre l'annonce du retour des athlètes russes et invitent à faire preuve de pédagogie et de diplomatie. Le président Thomas Bach a fait part aux membres des conversations qu'il a eues avec le président Zelensky, lequel est fortement opposé au retour des athlètes russes. Certains parmi les dirigeants du sport international avouent craindre le boycott des Jeux Olympiques de Paris en 2024 par certains pays si les athlètes russes étaient réintégrés. Boycott qui, en sens inverse, pourrait être initié par certains alliés de la Russie si la situation n'évoluait pas.

Les consultations vont se poursuivre jeudi avec les comités nationaux olympiques et les représentants des athlètes. Le sujet sera à l'ordre du jour de la prochaine commission exécutive du CIO, prévue en visioconférence le 15 février. Les choses doivent être réglées rapidement, les qualifications olympiques étant déjà en cours dans plusieurs sports.

lire aussi : Thomas Bach enchaîne les réunions sur la question des athlètes russes