Thomas Darracq, après France-Italie : « Un match cauchemardesque »

Les Bleues de Thomas Darracq débutent la Coupe du monde dans moins d'un mois (8 octobe-12 novembre). (A. Martin/L'Équipe)

Le sélectionneur de l'équipe de France Thomas Darracq a regretté les nombreuses erreurs commises par ses joueuses contre l'Italie (défaite 26-19) ce vendredi, à moins d'un mois du début de la Coupe du monde.

« Êtes-vous inquiet après cette défaite contre l'Italie ?
Oui, inquiet par rapport à ce qu'on était venu chercher aujourd'hui (vendredi), c'est-à-dire de la confiance et de la régularité. On est tombé dans le traquenard, ça a été un match cauchemardesque, tout s'est cumulé, même les pépins physiques. Donc oui, c'est inquiétant.

Comment expliquez-vous cette contreperformance ?
Il a manqué de l'engagement, on a été pris dans le jeu au sol, on a eu peu de ballons propres. On a eu beaucoup de difficultés à avoir des rucks de qualité. Encore une fois, on a manqué de justesse sur quelques touches, on a commis deux-trois fautes en mêlées à des moments clefs du match. Et on a raté quelques sorties de camp. On tape des coups de pied direct en touche, on a été contré. C'est un match où il y a eu tellement de petites et grosses erreurs que c'est dur de toutes les notifier.

« J'espère que le fait de basculer sur l'annonce de la liste complète va permettre à certaines de se poser moins de questions »

À quoi attribuez-vous ces erreurs ? Au fait que le groupe digère la préparation physique ?
Clairement oui, j'ai senti dès l'échauffement que l'équipe n'était pas dans le tempo. On avait du mal à changer de rythme. Mais ce n'est pas une excuse, on avait marqué deux essais, on était devant, on n'était pas trop en danger. Mais on perd ce ballon porté où on manque de maîtrise et puis il y a eu ce contre assassin des Italiennes. Derrière, on s'est mis en difficulté. On a senti l'équipe basculer dans la peur de mal faire, on a déjoué.

Malgré la mi-temps et les changements en début de seconde période, votre équipe n'a pas renversé cette situation...
Tout s'est cumulé, on a fait un changement à la mêlée, ça a duré 3 minutes (Laure Sansus est sortie sur protocole commotion en début de seconde période après avoir remplacé Pauline Bourdon), on a été obligé de repasser notre n°10 (Lina Queyroi) à la mêlée, ça a déstabilisé notre ligne de trois-quarts. Romane Ménager a eu une douleur, il a aussi fallu la sortir... il y a eu un cumul de choses qui font que l'équipe a été déstabilisée.

Savez-vous quels leviers vous pouvez actionner pour redresser le niveau de confiance ?
Oui, j'espère déjà que le fait de basculer sur l'annonce de la liste complète (de 32 joueuses convoquées pour la Coupe du monde, dévoilée ce dimanche) va permettre à certaines de se poser moins de questions. On sent que c'est une période délicate avec la proximité de cette annonce. Mais c'est le haut niveau, il ne faut pas se cacher derrière ça. On connaissait les enjeux du déplacement du jour, on voulait éviter le piège et on est tombé dedans. »

lire aussi

Le calendrier de la Coupe du monde