Thomas Darracq, après la qualification des Bleues en demies du Mondial : « Une grande satisfaction »

Thomas Darracq, sélectionneur de l'équipe de France. (A. Martin/L'Équipe)

Le sélectionneur des Bleues a tenu à souligner la sérénité de son équipe, largement victorieuse de l'Italie en quarts de finale (39-3), malgré de nombreuses occasions manquées.

« Quel sentiment domine après ce quart de finale largement remporté face à l'Italie (39-3) ?
On est en demi-finales de Coupe du monde, c'est une excellente nouvelle. Notre premier objectif était de nous qualifier dans le dernier carré. Mettre 40 points à l'Italie, un outsider dans cette compétition, c'est une belle performance de l'équipe de France.

Comme en phase de poules, l'équipe de France a très bien fini la rencontre en marquant beaucoup d'essais. Comment expliquez-vous cela ?
On a vraiment la chance d'avoir un groupe homogène. Quand elles sont entrées, les finisseuses ont montré qu'elles avaient beaucoup de vitesse. C'était un objectif donné dans la semaine : maintenir la vitesse dans cette fin de partie. Les filles ont joué le jeu, elles ont fait une bonne entrée même si les autres avaient fait un travail de sape avant. Cela a permis aux finisseuses de concrétiser. C'est très important que tout le groupe soit concerné pour aller chercher la victoire finale.


lire aussi

Calendrier/résultats de la Coupe du monde

Pourtant, à la pause, les Bleues ne menaient que 10-3 et peinaient en attaque malgré une nette domination territoriale. Quel a été le discours à la mi-temps ?
Le discours à la mi-temps (10-3), c'était d'être patient. On s'est aperçu encore une fois qu'on voulait aller finir les coups très rapidement, on a manqué de justesse sur certaines phases de jeu près des lignes où on se précipite. On pensait avoir une marge avec l'équipe d'Italie, mais on a voulu aller trop vite, le score à la mi-temps aurait dû être plus élevé. On a demandé aux joueuses de jouer plus proche de la ligne, d'attaquer les premiers espaces parce que l'Italie nous attendait pour nous contrer. On a encore une marge de progression, mais malgré tout le score est là, et c'est une grande satisfaction. »