Thomas Ramos après la victoire des Bleus face à Australie : « J'ai pris du plaisir »

Thomas Ramos face à l'Australie. (P. Lahalle/L'Équipe)

Attendu au tournant, l'arrière des Bleus Thomas Ramos a réussi une bonne performance dans la victoire face à l'Australie ce samedi soir (30-29). Il lui tardait énormément de rejouer avec l'équipe de France.

Thomas Ramos, après la victoire des Bleus face à l'Australie (30-29) : « Ça n'a pas été simple mais il y a la victoire au bout, c'est ce qu'il faut retenir aujourd'hui. Ça faisait un petit moment que l'équipe n'avait pas joué ensemble, c'était un match où il fallait trouver un peu de lien. Cette fin de match est plutôt positive, ça montre qu'on n'a rien lâché, qu'on est allés chercher cette victoire, ça montre un bel état d'esprit.

On a respecté le plan de jeu, on s'était dit aussi qu'en respectant ce qu'on avait mis en place, ils s'useraient et qu'on aurait des espaces sur la fin de match et c'est ce qui s'est passé. Il faut retenir ça. On avait vu à la vidéo qu'ils tapaient moins au pied que ce qu'ils ont fait ce soir et qu'ils n'étaient pas trop bien placés sur le troisième rideau. Or, ce soir, ça a été chez eux une très grande force. Ils étaient toujours très bien placés, ils ont eu un jeu au pied de qualité, donc ils nous ont mis en difficulté quelques fois. Et nous, on a e du mal à trouver des espaces. Ils étaient trois derrière et on ne s'y attendait pas non plus. On avait vu à la vidéo qu'ils se retrouvaient plutôt à deux voir même à un seul joueur.


lire aussi

Les notes de France-Australie : l'étoile filante Damian Penaud

C'est une grosse équipe, les mecs savent s'adapter, ils ont fait un gros match. À titre personnel, j'ai pris du plaisir, ça faisait un moment que j'avais envie de démarrer un match avec le n°15 dans le dos en équipe de France. Ça fait énormément de bien, notamment avec la victoire au bout. Gagner ce match, individuellement et collectivement, ça restera une belle soirée. Sur le premier ballon, j'ai un petit espace devant moi, je ne m'y attends pas forcément. Il y avait un peu de pression positive parce qu'il me tardait énormément le coup d'envoi. Quand ça fait deux semaines que tu prépares un match et que tu sais que tu vas le démarrer et que tu vas être attendu, il ne te tarde qu'une chose, c'est d'y être. Je suis content.

J'ai un peu grandi, un peu appris, je sais ce que demande le rugby international, je suis quand même assez lucide. J'ai relancé un ou deux ballons qui étaient bons à relancer. Mon jeu au pied peut être de meilleure qualité, mais ils étaient bien organisés sur le 3e rideau. Il faudra un jeu au pied de meilleure qualité la semaine prochaine pour faire reculer encore plus l'Afrique du Sud. On ne pouvait pas mieux préparer ce deuxième match qu'avec ce qu'on a eu ce soir. Il y a eu énormément de jeu au pied haut, or on connait les Sud-Africains, on sait que ça fait partie de leur jeu. »


lire aussi

Toute l'actualité du rugby