Thu Kamkasomphou et Fabien Lamirault sacrés aux Mondiaux de para-tennis de table

Thu Kamkasomphou lors des Jeux Paralympiques de Tokyo. (B. Augusto/L'Équipe)

Les Français ont remporté deux titres mondiaux supplémentaires ce samedi à Grenade (Espagne) grâce à Thu Kamkasomphou et Fabien Lamirault. Médailles d'argent aussi pour Maxime Thomas et Thomas Bouvais.

Quelle semaine pour le para-tennis de table français à Grenade (Espagne). Ce samedi, et au lendemain des sacres de la vice-championne paralympique Léa Ferney et de la novice Alexandra Saint-Pierre, deux nouveaux titres ont été remportés aux Championnats du monde par Thu Kamkasomphou (54 ans) et Fabien Lamirault (42 ans), mais aussi deux médailles d'argent pour Maxime Thomas (38 ans) et Thomas Bouvais (31 ans).

Honneur aux dames avec Thu Kamkasomphou qui a décroché le second titre mondial de sa carrière, 12 ans après le premier. Celle qui a débarqué à Rennes de son Laos natal quand elle avait 12 ans, atteinte d'une périartérite noueuse (classe 8), possède aussi six médailles paralympiques, dont deux d'or, et avait débuté sa campagne avec une médaille de bronze en double.

De son côté, Fabien Lamirault, qui a changé de matériel pour se réinventer, a encore prouvé qu'il était un peu seul sur sa planète. Le quadruple champion paralympique a encore assis sa suprématie sur sa catégorie (classe 2).

Thomas Bouvais bat le n°2 mondial, Maxime Thomas surprendLa journée de samedi a aussi offert deux belles récompenses à Thomas Bouvais, vainqueur du n°2 mondial en demie, et qui a ainsi disputé sa première finale à ce niveau, en déployant un excellent niveau de jeu. Quant à Maxime Thomas, c'est une autre belle surprise puisqu'il n'avait jamais disputé de finale mondiale et est même passé à une belle de match du titre.

« C'est un bilan ultra-positif, réagit Roza Soposki, la manager de l'équipe de France handisport. On visait dix médailles et un Top 3 mondial, on obtient 11 médailles dont 3 d'or. » Et même un peu plus quand on comptabilise les trois récompenses des pongistes issus du sport adapté, notamment le titre donc de Léa Ferney.

« La semaine a commencé très doucement, admet encore Roza Soposki, à propos d'une relative déception pour les doubles. Mais les athlètes et le staff ont su se remobiliser pour obtenir de gros résultats en simples. » On rappellera ainsi la médaille de bronze décrochée par Lucas Didier, 19 ans, alors qu'il avait obtenu une wild-card pour disputer ses premiers Mondiaux.

Au final, la dynamique actuelle des Bleus leur permet de comptabiliser plus de finales qu'ils n'en avaient eues depuis 2002. Un signe plus qu'encourageant à deux ans des Jeux Paralympiques de Paris.

lire aussi : L'actualité du tennis de table