Timoci Nagusa, rugbyman professionnel, prend un congé paternité et c'est rarissime

·2 min de lecture
Timoci Nagusa ici sous le maillot de Montpellier, au stade de Lyon le 13 mai 2016 (Photo: Romain Perrocheau via Getty Images)
Timoci Nagusa ici sous le maillot de Montpellier, au stade de Lyon le 13 mai 2016 (Photo: Romain Perrocheau via Getty Images)

RUGBY - Retentissement dans le monde du rugby. Timoci Nagusa, ailier à Grenoble (Pro D2), a annoncé la semaine dernière que suite à la naissance de son second enfant, il prenait soncongé paternité dans son intégralité, soit près d’un mois. Fait rarissime dans le monde du sport et du rugby, la décision de Timosi Nagusa a fait réagir.

“Après la naissance de ma fille la semaine dernière, j’ai décidé de prendre un congé paternité pour aider ma femme pendant le prochain mois, le temps qu’elle se remette. C’est sans aucune hésitation sachant que lorsque tout autour de moi sera parti (le travail, le rugby, les fans), ma famille sera près de moi pour toujours”, a écrit le rugbyman sur Twitter.

“J’ai une autre petite fille qui a 15 mois”, explique-t-il à L’Équipe. “J’ai vu à quel point ça a été difficile pour ma femme après ce premier accouchement. Je me suis dit qu’en tant que père et mari, il était de ma responsabilité de l’aider. Elle en a besoin. C’est juste du bon sens. Je suis fier de ma décision parce que je peux être à ses côtés et je passe du temps avec mon enfant qui vient de naître, c’est magnifique. Mais c’est une décision personnelle.”

Ce choix sans précédent a fait réagir dans le monde “très patriarcal” du rugby. Et les nombreuses réactions donnent à l’ailier l’impression d’avoir ouvert “une boîte de Pandore”, assure-t-il. Si Timoci Nagusa dit avoir conscience que sa décision impose des difficultés à sa nouvelle équipe de Grenoble, il confie avoir tout de même reçu les encouragements de ses coéquipiers, bien que tous aient été surpris.

Son club a tenté de trouver une solution alternative. Et pour cause, on sait qu’un joueur professionnel a besoin d’autant de temps pour se remettre à niveau que le temps de son congé. Cela signifie donc que l’ailier de Grenoble ne sera pas sur le terrain pendant deux mois.

“Ils doivent aussi comprendre que j’ai une responsabilité en tant que père, en tant que mari”, déclare le joueur de 34 ans au journal L’Équipe, “Comme je l’ai dit à mon coach, à mon président, à mon retour, je jouerai de bons matches parce que je serai bien dans ma tête, heureux.”

À voir également sur Le HuffPost: En Nouvelle-Zélande, cette légende des All Blacks sauve une baleine échouée

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles