JO - Tir à l'arc - Bilan mitigé pour le tir à l'arc français aux JO de Tokyo

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Décevant pour les hommes, encourageant chez les femmes avec Lisa Barbelin. Les résultats du tir à l'arc aux JO de Tokyo n'ont pas été à la hauteur des attentes. Les espoirs de médaille du tir à l'arc se sont envolés avec l'élimination de Lisa Barbelin en huitièmes de finale de l'épreuve individuelle ce vendredi matin à Tokyo. L'objectif de faire aussi bien qu'à Rio en 2016 (Jean-Charles Valladont médaillé d'argent), avec deux épreuves supplémentaires pour briller (mixte et individuel femmes), n'a pas été respecté. La course contre la montre est déclenchée en vue des Jeux de Paris 2024. Fiasco chez les hommes « C'est au pied du mur qu'on voit mieux le mur », a l'habitude de déclarer Jean-Charles Valladont. La formule, efficace à Paris en juin (la France avait pris la 3e et dernière place qualificative pour les JO au TQO), n'a cette fois pas fonctionné. Le mur a grandi au fur et à mesure des épreuves, et Valladont n'est jamais parvenu à se libérer pour passer de l'autre côté et endosser son statut de vice-champion olympique. À 23 ans, Thomas Chirault vivait ses premiers Jeux. Timoré en qualifications, il n'a pas passé un tour en individuel, alors qu'il avait su élever son niveau par équipes (4x10 en six tirs). C'est finalement le troisième homme de cette équipe, Pierre Plihon, qui a montré un peu plus de vitalité. Meilleur Français des qualifications, il permet au mixte de disputer le tableau final (l'association Barbelin-Valladont avait été décidée avant les Jeux), et est le seul à avoir passé un tour en individuel. Mais sa bourde lors de l'épreuve par équipes fait tache. La médaille d'argent de cette équipe aux Mondiaux 2017, ou le titre aux Jeux européens en 2019, semblent loin. « On avait une équipe qui était au deux-tiers celle de Rio (Valladont et Plihon étaient associés à Daniel Lucas), où le niveau de performance n'avait pas été meilleur, sauf l'individuel de Jean-Charles, remarque Benoît Binon, le DTN. Aujourd'hui, on arrive en espérant que tout aille bien pour pouvoir faire une médaille, on n'a pas de marge de manoeuvre. Il faut arriver à Paris avec un niveau de confiance et de sérénité beaucoup plus important. » Espoir chez les femmes Impressionnante lors de l'épreuve mixte et de ses deux premiers tours en individuel, Lisa Barbelin est tombée en huitièmes de finale face à la Mexicaine Alejandra Valencia, 4e en 2016 à Rio et médaillée de bronze en mixte à Tokyo. À 21 ans, la championne d'Europe française n'a pas démérité, mais manquait d'expérience au plus haut niveau. Le rendez-vous est pris pour Paris 2024. « Il y a des petites choses à bosser, de l'expérience en plus à avoir pour réussir à garder le même état d'esprit, souligne Jean-Manuel Tizzoni, l'entraîneur des féminines. Ce qui est compliqué aux JO c'est d'attendre. On fait un match, on trouve le bon état d'esprit, on est bien, et il faut le remettre en place le lendemain, avec une autre situation, une autre journée. Il faut encore plus d'expérience, et du travail technique pour être plus à l'aise. » lire aussi Lisa Barbelin : « Je compte bien rebondir et devenir plus forte » Et maintenant ? Seule la Corée possède un vivier de champions potentiels. La France peut, elle, compter sur deux ou trois garçons prometteurs supplémentaires, et une équipe féminine en reconstruction (éliminée en huitièmes de finale du TQO à Paris). « En trois ans on n'arrivera pas au niveau des Coréens, mais il faut une régularité internationale dans les deux ans qui précèdent Paris qui nous garantisse que les trois garçons et trois filles qui tirent à Paris auront plus de sérénité qu'aujourd'hui », martèle Benoît Binon. Le travail commencera dès septembre, avec, s'ils sont confirmés, les Championnats du monde de Yankton, aux États-Unis (19-26 septembre). Les résultats des Français à Tokyo Mixte : 14e des qualifications, quart-finaliste (Barbelin et Valladont).
Equipe H : 12e et dernière des qualifications, battue en 8es de finale
Individuel H : Jean-Charles Valladont (57e des qualifications) et Thomas Chirault (51e des qualif.) éliminés en 32es de finale, Pierre Plihon (36e des qualif.) en 16es.
Individuel F : Lisa Barbelin 13e des qualifications, éliminée en 8es de finale.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles