Todt à Grosjean : "Alors, tu aimes le Halo ?"

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Après son terrible accident au départ du Grand Prix de Bahreïn, Romain Grosjean s'est extirpé de l'épave de sa Haas avec comme blessures des brûlures aux mains et aux pieds. Durant son passage au centre médical du circuit de Sakhir, et alors qu'il était examiné par des médecins, Jean Todt, le président de la FIA, lui a rendu visite pour s'assurer, dans un premier temps, qu'il puisse parler avec son épouse, la journaliste Marion Jollès-Grosjean.

"Je suis allé le voir immédiatement quand il était au centre médical du circuit", a déclaré Todt dans une interview exclusive avec Motorsport.com. "La seule chose que je voulais, c'est qu'il parle avec sa femme, afin qu'elle puisse entendre sa voix, ce qui était important."

Lire aussi :

Grosjean : "Ce n'était pas possible de finir comme ça, pas maintenant"

Grosjean, avant l'introduction du Halo, avait clairement fait part de son opposition à ce dispositif. Toutefois, ce dernier a clairement joué un rôle dans la survie du Français, en empêchant le contact entre le casque et le rail de sécurité. Ce qu'avec humour, Todt, qui a participé à imposer le Halo en F1, n'a pas manqué de souligner face au pilote.

"Quand je suis allé le voir pour la deuxième fois à l'hôpital, j'ai dit 'Alors, tu aimes le Halo ?' Il n'était pas le seul hier à souligner son importance, lui qui s'y était opposé plus tôt. Mais ce n'est pas un problème. Je n'ai pas envie d'avoir raison. Ce qui m'intéresse, c'est de participer et de prendre les bonnes décisions."

Le Halo a déjà été salué pour son rôle joué dans plusieurs incidents, aussi bien en F1 que dans d'autres catégories, avec parmi les exemples souvent mis en avant l'accrochage entre Nobuharu Matsushita et Nirei Fukuzumi en F2 à Barcelone en 2018 ou encore le carambolage du départ au Grand Prix de Belgique de Formule 1 la même année.

Todt a dit qu'il avait toujours cru devoir insister sur l'introduction du Halo, même si beaucoup de gens le critiquaient. "Parfois, il est important que vous soyez convaincu d'une opinion pour la défendre, même si vous rencontrez des résistances pour y arriver."

Lire aussi :

Ce que révèlent les photos de l'épave sur la survie de Grosjean

"Et vous pouvez simplement prendre les déclarations d'il y a trois ans, quand il a été décidé d'introduire le Halo. Même s'il y a eu beaucoup de commentaires négatifs, soit dit en passant, de la part des équipes, des pilotes et des médias, il est clair que nous savions que ce serait une amélioration. C'est donc une voie à suivre."

"Vous pouvez comprendre les réactions excessives après un tel accident, mais ce n'est pas la première fois. Regardez Charles Leclerc [à Spa en 2018] quand il a eu son accident et nous avons dit que sans le Halo, les choses auraient été différentes. Et parfois, si vous revenez en arrière, nous n'aurions pas perdu de pilotes si le Halo avait été présent."

"Dans les moments difficiles, vous voyez la façon dont les gens réagissent. Mais vous ne le faites pas parce que les gens vont en parler, vous le faites parce que vous pensez que c'est bon pour le sport que vous défendez."