Tommy Paul : « Je ne suis pas encore satisfait »

Vainqueur de Roberto Bautista Agut lundi à Melbourne, Tommy Paul a atteint son premier quart de finale en Majeur. (H. Mckay/Reuters)

Qualifié pour le premier quart de finale de sa carrière en Grand Chelem, après sa victoire lundi sur Roberto Bautista-Agut (6-2, 4-6, 6-2, 7-5), l'Américain Tommy Paul savourait le moment mais il en veut plus, avant de croiser son compatriote, Ben Shelton, mercredi.

C'est votre première qualification en quarts de finale de Grand Chelem, comment recevez-vous cela ?
Plutôt bien ! C'est excitant. C'est ce dont rêve toute personne qui commence à jouer au tennis : jouer les gros matches en Majeur. Je suis vraiment impatient de vivre cela mercredi. On sait déjà qu'il y aura un Américain en demies (il sera opposé à Ben Shelton) et cela est très excitant aussi.

lire aussi : Le tableau du tournoi simple messieurs

Comment se mettre dans l'état d'esprit de ne pas se contenter d'avoir atteint un quart de finale mais de vouloir aller plus loin désormais ?
C'est assez simple. Je joue ce quart dans deux jours. Je ne suis pas encore satisfait. J'y vais pour essayer de gagner évidemment. Demi-finale, ça sonne quand même beaucoup mieux que quart de finale !

Y a-t-il quelque chose que vous pointez en particulier pour expliquer que vous franchissiez cette étape à ce moment de votre carrière ?
Je ne sais pas trop. Je fais juste un peu plus attention aux détails à l'entraînement, sur et en dehors du terrain. J'ai une bonne équipe autour de moi, un nouveau management également et tout fonctionne bien depuis ces changements. Et puis, il y a le plaisir incroyable que je prends à chaque match. C'est dur de mal jouer quand tu t'amuses sur le court.

lire aussi : Ben Shelton, après sa victoire en 8es : « Je suis juste heureux »

Connaissez-vous votre prochain adversaire, Ben Shelton ?
On s'est entraîné une fois ensemble, à Cincinnati. Je dirais que je le connais plus en tant que personne qu'en tant que joueur, simplement parce que j'ai passé quelque temps avec lui dans le vestiaire. Mais je ne l'ai pas vu beaucoup jouer. Ce sera probablement la première fois que je devrai regarder mon adversaire à la vidéo dans tout ce tournoi jusqu'à présent. Je pense que mon entraîneur l'a vu jouer quelques fois.

Des Challengers au classement ATP (35e mondial), votre progression a toujours été graduelle. Avez-vous douté un jour de jouer ce type de match ou avez-vous toujours cru que vous y parviendriez ?
Il y a un moment, vers l'âge de 19 ans, où tu doutes un peu. Mais je savais que je pouvais très bien jouer contre de bons joueurs. Après, je pense qu'il s'agit plus d'être constant tout au long de l'année. C'est mon but. Je veux dire, pas seulement tout au long de l'année, mais tout au long d'un match entier. Tenter de maintenir un niveau constant tout au long du match et ce sur l'ensemble de l'année. C'est un peu l'objectif cette saison.

lire aussi : Toute l'actualité de l'Open d'Australie