Tony Vairelles : " En prison, j'étais plein de rage "

Il y a un peu moins de dix ans, à l'automne 2012, So Foot consacrait la Une de son centième numéro à Tony Vairelles qui vivait ses derniers feux sur des terrains anonymes de Lorraine. Un week-end complet et seize pages du magazine attestaient que l'ancienne chauve-souris du RC Lens et de l'Olympique lyonnais, qui a hanté les bords de touche de l'Hexagone pendant vingt ans, n'était pas tout à fait un footballeur comme les autres. Si loin, si proche. Singulier et foutrement sincère. Un mec simple, qui vivait en bande, lâché dans l'enclos professionnel post-arrêt Bosman. L'année précédente, une nuit d'octobre 2011, son nom était réapparu dans les gazettes à l'occasion d'un fait divers comme il en existe tant dans ce pays, une fusillade sur le parking d'une boîte de nuit contre des videurs. Après cinq mois de détention préventive, lui et les siens auront attendu onze ans pour en connaître le verdict le mois dernier. À l'occasion de Balles au…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles