Top 14 - Bayonne: S’affirmer et rêver

Si, pour la première fois depuis son retour dans l’élite, Bayonne a devancé Biarritz au classement final la saison dernière, il s’agira cette année de confirmer ses progrès pour s’offrir une fin de saison à suspense.

Midi Olympique
Top 14 - Bayonne: S’affirmer et rêver
.

Afficher la photo

Mike Phillips - Bayonne - 20 avril 2013

Aviron Bayonnais

Fondé en 1904 Stade: Stade Jean Daugé (17000 places) Président: Alain Afflelou Entraîneurs: Christian Lanta et Christophe Deylaud Classement saison 2012-2013: 8e du Top 14 Palmarès: Champion de France 1913, 1934, 1943 ; Challenge Yves du Manoir 1936, 1980

L'OBJECTIF: L’Europe

Huitième du Top 14 la saison dernière à l’occasion du premier exercice du tandem Lanta-Deylaud en terres basques, l’Aviron bayonnais essayera obligatoirement de faire mieux en 2013-2014. S’ils ont terminé à seulement quatre points de Perpignan et donc d’une place en H Cup l’année passée, les coéquipiers de Mark Chisholm auront certainement l’Europe dans un coin de la tête, d’autant plus que le recrutement semble à la fois ciblé et judicieux avec un bon nombre d’anciens Agenais que les anciens entraîneurs du SUALG ont déjà eus sous leurs ordres.

LA STAR: Joe Rokocoko

Repositionné au centre durant toute la fin de saison dernière, l’ancien All Black Joe Rokocoko a enfin semblé avoir pris la mesure du Top 14 après un an et demi d’adaptation compliquée. En témoignent ses 23 titularisations en 2012-2013. Il est un élément incontournable de la ligne d’attaque de l’Aviron. À 30 ans (68 sélections, 46 essais), l’ancien joueur des Auckland Blues aura à coup sûr un rôle essentiel à jouer la saison prochaine et devra confirmer les progrès entrevus cette année.

LE JOUEUR A SUIVRE: Stephen Brett

Demi d’ouverture néo-zélandais passé par les Crusaders, les Blues et le Japon, Stephen Brett débarque en France après l’avoir découverte lors de la Coupe du monde des -21 ans, en 2006. Considéré à une époque comme "le futur Dan Carter", Brett a peiné pour confirmer ce statut, n’étant jamais sélectionné avec les All Blacks. À 27 ans, il débarque à Bayonne pour devenir le maître à jouer de l’Aviron et certains voient en lui l’un des futurs meilleurs numéros 10 du Top 14.

LE DEPART QUI FAIT MAL: Benjamin Boyet

À bientôt 34 ans et après trois saisons à Bayonne, Benjamin Boyet a choisi de mettre un terme à sa carrière professionnelle en rejoignant le club du CS Villefranche en Fédérale 2. S’il n’avait disputé que seize matchs l’année dernière, souvent relégué derrière Jacques-Louis Potgieter dans la hiérarchie des ouvreurs, les supporters de l’Aviron retiendront cependant longtemps la pénalité gagnante de l’ancien Berjallien lors du derby face à Biarritz. Ce soir-là, lors de la septième journée à Aguiléra, les hommes de Christian Lanta et Christophe Deylaud avaient dû attendre la sirène et un coup de pied en coin de Boyet pour célébrer leur courte victoire (16-15).

LES MOUVEMENTS

Arrivées: Bustos Moyano (Montpellier), Fonua, Vaka, monribot, Muller, Fa’aoso (Agen), Brett (Toyota Verblitz), Belie (Racing-Métro), Van Rensburg (Lions)

Départs: Heymans, Linde, Carillo (Arrêt), Visensang (prêt, Albi), Desmaison (Racing-Métro), Lacroix, Graham (UBB), baget (Béziers), Garcia (Castres), Boyoud, Potgieter (Dax), Mazars (Agen), Rouet (narbonne), Boyet (Villefranche), Avril

Nous sommes désolés que ce commentaire vous ait déplu. Pouvez-vous expliquer pourquoi ci-dessous ?

Vous êtes sûr ?
Échec de l’évaluation. Réessayez.
Échec de la demande. Réessayez.
Nous ferons la promotion des commentaires constructifs et spirituels en les plaçant en haut pour que tout le monde puisse les voir !
Nous ne pouvons pas charger les commentaires pour l’instant. Réessayez.