Toulon s'offre les Saracens et rejoint Lyon en finale du Challenge européen

Auteur d'un doublé, l'ailier international toulonnais Gabin Villiere est félicité par son demi de mêlée Baptiste Serin lors du succès face aux Saracens, samedi soir à Mayol. (D. Mullan/AFP)

Victorieux (25-16) des Saracens samedi soir à Mayol en demi-finales, les Toulonnais du capitaine Charles Ollivon affronteront Lyon le 24 mai à Marseille en finale de Challenge européen.

Au terme d'une demi-finale engagée, parfois brouillonne mais toujours vivante, le RC Toulon du capitaine Charles Ollivon s'est imposé, trois essais à un, ce samedi face aux Saracens, et disputera la finale de Challenge européen vendredi 27 mai au stade-vélodrome de Marseille contre Lyon, tombeur des Wasps plus tôt dans la journée. L'esprit de solidarité et d'entreprise des Varois a fait plaisir à voir, en témoigne quelques relances culottées, dont deux finirent dans l'en-but anglais.

Et comment ne pas évoquer Gabin Villière, porte-bonheur du RCT toujours aussi prompt à mettre la main sur le ballon dans les rucks adverses mais surtout à bonifier les intervalles qu'on lui offre. C'est ainsi que cet ailier protée inscrivit son doublé. La première fois au terme d'un contre bonifié par Louis Carbonel et Sergio Parisse (3e) d'entrée de rencontre, la seconde en fin de première période (40e), à la conclusion d'une nouvelle relance qu'enchaîna dans une perfection de passes la troisième-ligne royale de ce RCT (Ollivon, Parisse, Du Preez).

lire aussi

Le film de Toulon-Saracens

Les Saracens, eux, structurés autour d'un jeu plus classique, profitèrent d'un dégagement contré de Baptiste Serin pour planter leur essai (16e), l'ouvreur international Owen Farrell ajoutant deux buts de pénalité (13e, 27e) pour éviter que son équipe soit distancée au score. En tête à la pause (15-13), les Toulonnais occupèrent le camp anglais en début de seconde période et, sur une attaque bien menée, c'est l'autre ailier varois, Juita Wainiqolo, qui slaloma au milieu de la défense pour marquer sous les poteaux (61e).

Il offrit ainsi aux siens une avance substantielle (25-16) que les Anglais ne purent combler, malgré leur long temps fort (67e-72e) à base de pénaltouches et de ballons portés devant l'en-but varois. La défense du RCT, certes un peu indisciplinée, veilla à ce que le pack surpuissant des Saracens ne puisse pas franchir la ligne, pour le plus grand bonheur d'un public qui se rendra à Marseille soutenir son équipe, actuellement vent en poupe.

lire aussi

Le tableau du Challenge européen

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles