Toulouse : Face aux critiques, une lecture pour enfants animée par deux drag-queens déprogrammée par la mairie

débat - Une campagne virulente a déferlé sur les réseaux sociaux contre cette lecture de contes animée par deux drag-queens toulousaines. Sous la pression, la mairie a décidé de réserver cet atelier aux adultes

Des lectures à destination des enfants, Shanna Banana et Brandy Snap, en ont déjà fait des dizaines ces dernières années. Dans des librairies indépendantes, des associations ou au sein de MJC, devant un public jeune toujours enthousiaste de découvrir « ces fées et princesses à barbe », « des artistes de spectacle, tout simplement, les enfants ne voient pas au-delà de ça », assure Shanna Banana.

Pour la première fois, les deux drag-queens toulousaines devaient se produire à la Médiathèque José-Cabanis le 18 février prochain, dans le cadre du mois « Queer » proposé par les bibliothèques de Toulouse qui voulait ainsi « aller au-delà des clichés et comprendre par ce qui rassemble : le partage et la création ».

Un mouvement d’opposition venu des Etats-Unis

C’était sans compter sur un mouvement né il y a quelques mois aux Etats-Unis et qui déferlent depuis quelques semaines en France. Après celles de Bordeaux en décembre et de Lamballe, dans les Côtes d’Armor le week-end, la lecture « drag » toulousaine a été l’objet de vives attaques sur les réseaux sociaux.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Les drag-queens et drag-kings sont des phares dans la communauté LGBT », estime Sofian Aissaoui, auteur de « Drag »
Coccinelle : Qui était cette artiste et icône transgenre des années 1950 ?
« Drag Race France », le phénomène qui a ouvert grand les yeux du pays