Toulouse et La Rochelle, un combat très musclé avant les quarts de Coupe d'Europe

Toulouse a battu La Rochelle à l'issue d'un match très engagé. (F. Lancelot/L'Équipe)

Toulouse et La Rochelle se sont livré ce samedi un duel - remporté 23-16 par les Stadistes - d'une rare intensité, dont ils tireront peut-être profit le week-end prochain en quarts de finale de la Coupe d'Europe, respectivement face au Munster et Montpellier. À condition de bien récupérer.

C'était un match âpre, physique, serré. Toulouse et La Rochelle n'ont peut-être pas encore retrouvé le rugby qui les avait propulsés en finale de la Coupe d'Europe et du Top 14 la saison passée, mais l'intensité qu'ils ont mise dans le combat pour un simple match de phase régulière du Championnat, ce samedi soir, était digne d'une rencontre de phase finale.

lire aussi

Toulouse domine La Rochelle (23-16)

Dans une compétition hyper indécise, où la moindre défaite peut vous faire passer de la 3e à la 7e place du classement (n'est-ce pas La Rochelle ?), les deux équipes savaient cette partie essentielle dans la course à la qualification. Mais pas seulement. Elle pouvait aussi leur servir de tremplin idéal pour basculer de la meilleure des façons vers ces quarts de finale de la Coupe d'Europe qu'elles disputeront le week-end prochain à Dublin face au Munster (pour Toulouse) et contre Montpellier à Marcel-Deflandre (pour La Rochelle).

lire aussi

Calendrier et résultats de la phase finale de Coupe d'Europe

Toulouse aime ces matches à la vie, à la mort

« Il y a eu une intensité de niveau Coupe d'Europe, reconnaît l'entraîneur de la défense toulousaine Laurent Thuéry. C'était un gros match face à une très bonne équipe qui était venue avec des intentions. Ça nous a mis dans le bain pour la Coupe d'Europe. Mais il faudra bien récupérer parce que les deux équipes y ont laissé de l'énergie. Maintenant, focus sur l'Irlande et le Munster. On y aura aussi un gros challenge à relever. »

C'est dingue comme le Stade Toulousain aime ces matches à la vie, à la mort. Plus le niveau s'élève, plus l'enjeu est élevé, plus il retrouve ses vertus cliniques de prédateur. Samedi, dans une première période où il fut plus souvent malmené que l'inverse, il planta deux essais sur ses deux seules occasions, pendant qu'Ihaia West, l'ouvreur rochelais, égara en route 6 points sur deux pénalités dans ses cordes.

lire aussi

Calendrier/Résultats du Top 14

Toulouse marqua le premier aussitôt après avoir encaissé celui de son adversaire (Dulin, 4e), sur un contre de son demi de mêlée Antoine Dupont qui lut parfaitement la tentative de coup de pied de dégagement de Brice Dulin (6e). Et le second sur une action typiquement toulousaine, avec des passes dans la défense, au cordeau, et une conclusion magnifique du flanker Thibaud Flament déchirant sur 30 m la défense adverse à la manière d'un trois-quarts centre (19e).

« Le premier essai découle de nos analyses de la semaine à la vidéo, confie l'arrière Thomas Ramos. On a vu que les Rochelais avaient peut-être une faille de ce côté-là. Le second provient d'une belle action, révélatrice de ce qu'est le jeu du Stade Toulousain. »

Ronan O'Gara, manager de La Rochelle

« Cette défaite fera du bien au groupe, j'ai hâte d'être à samedi »

Le club rouge et noir a aussi retrouvé ce qui lui manquait ces derniers temps : un peu de chance. Un exemple ? Ce « 50-22 » improbable trouvé par Ramos juste après avoir intercepté à hauteur de ses 22 m une passe du n°8 rochelais Grégory Alldritt. « Je venais de perdre un duel aérien, décrypte l'intéressé. À ce moment-là du match (68e), il fallait s'accrocher, parce que ça n'aurait pas été bon de prendre des points. J'ai vu Greg avec la balle et j'ai pisté sa petite feinte de regard que je commence un peu à connaître. J'ai pensé qu'il allait faire la passe et j'ai réussi à intercepter. Derrière, j'ai un peu de chance avec le coup de pied. J'ai le bon rebond, (Dyllin) Leyds (le dernier défenseur) est par terre, j'ai vraiment tout pour moi. Ça faisait un petit moment qu'on n'avait pas les rebonds pour nous. »

lire aussi

Classement du Top 14

Et La Rochelle, dans tout ça ? Vaincu pour la sixième fois d'affilée face au même adversaire (23-16), il balançait entre frustration et espoir à l'issue de la partie. « On voit qu'on parvient à rivaliser avec cette équipe de Toulouse, mais il nous manque encore un petit quelque chose pour la battre, soupire le manager rochelais Ronan O'Gara. On marque un essai magnifique (après deux coups de pied subtils de Rhule et Leyds) et soixante secondes plus tard, ça fait 7-7 ! Antoine Dupont chasse comme un chien et voilà... On était venus pour gagner et on repart avec 0 point. Mais cette défaite fera du bien à ce groupe. J'ai hâte d'être à samedi. »

Samedi, ce sera donc le quart de finale européen contre Montpellier. « On doit se servir de ce match contre Toulouse, estime Grégory Alldritt. Il n'y a aucun abattement parce que c'est loin d'être un coup d'arrêt. Cette défaite est peut-être mieux qu'une victoire, même, parce qu'elle génère beaucoup de frustration. Et cette frustration, on pourra l'évacuer le week-end prochain contre Montpellier devant notre public. »

lire aussi

Tops-flops de Toulouse-La Rochelle : Dupont et Flament en guides

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles