Tour d'Espagne : Primoz Roglic, irrésistible et paradoxal

Théo Gicquel
·1 min de lecture

Quand on s’arrête sur les chiffres de la saison de Primoz Roglic, le constat est implacable : le Slovène n’a achevé qu'une seule course au delà de la sixième place cette année, le championnat du monde (6e). Sinon ? Champion national, vainqueur de l’anormalement relevé Tour de l’Ain, et de la Vuelta, un premier Monument sur Liège-Bastogne-Liège. Au rang des déceptions (pour lui), une deuxième place sur le Tour et sur le chrono national. Il n’y a presque rien à jeter de la saison 2020 de Primoz Roglic.

Avant ou après arrêt des compétitions, la Covid-19 n’a pas suffi à bousculer l’imperturbable Slovène. Courir toujours, gagner si possible, il n’y a que ça qui l’intéresse. "Je suis un gars qui veut courir. Sur les quatre derniers mois, je ne suis rentré chez moi que pendant dix jours. C'était un très gros bloc, et je suis reconnaissant du soutien que j'ai eu. Je suis super fier de cette saison, de tout ce qu'on a fait", se félicite celui qui rejoint Chris Froome (7), Vincenzo Nibali (4) et Nairo Quintana (2) parmi les multiples vainqueurs de Grand Tour en activité.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi