Tour de France - Cédric Vasseur sur la 2e place au général de Guillaume Martin : « On ne laisse pas un podium du Tour de France »

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec Guillaume Martin deuxième du Tour de France, Cofidis a annoncé par la voix de son directeur sportif, Cédric Vasseur, son intention de ne pas laisser filer le podium et de viser encore des victoires d'étape. Cédric Vasseur, directeur sportif de Cofidis, 2e au général avec Guillaume Martin, au micro d'Eurosport : « C'est une grande fierté pour toute l'équipe. Une belle reconnaissance pour les qualités de Guillaume (Martin) d'abord, et pour le travail accompli chez Cofidis ces dernières années. On partait pour gagner l'étape aujourd'hui (samedi) mais j'avais un pressentiment ce matin parce que j'avais gagné ma première étape un 10 juillet, j'avais gagné la 10e étape dix ans après à Marseille et aujourd'hui (samedi), on est le 10 juillet je me suis dit ''il y a un truc avec ce chiffre''. Cédric Vasseur, directeur sportif de Cofidis. « Guillaume (Martin) va monter en puissance dans le coeur des Français. On ne connaît pas ses limites, ça va lui donner beaucoup d'assurance et surtout toute l'équipe va fédérer derrière lui. » Quand j'ai vu Guillaume (Martin) dans l'échappée, je savais qu'il allait se passer un truc, malheureusement pour l'étape on est tombé sur un (Bauke) Mollema super fort. Il n'y avait rien à faire face à lui. Il y a une très belle consolation, c'est qu'on se replace au général. On a un Français deuxième derrière (Tadej) Pogacar et Guillaume va monter en puissance dans le coeur des Français. On ne connaît pas ses limites, ça va lui donner beaucoup d'assurance et surtout toute l'équipe va fédérer derrière lui. On n'a pas toujours l'occasion de travailler pour un coureur qui joue le podium sur le Tour. lire aussi Guillaume Martin : « J'ai dépensé beaucoup d'énergie » (Concernant les objectifs de victoire) Les plans ne changent pas mais on ne laisse pas un podium du Tour de France. Quand on regarde la configuration du Tour, on a été très réalistes, il ne fallait pas se mettre comme pression le général car il y avait un contre-la-montre et une semaine avant les étapes de montagne. Notre crainte, c'était de voir Guillaume aborder la montagne avec cinq minutes, ça aurait été dur psychologiquement. On va défendre le podium et si on peut l'améliorer, pourquoi pas. » lire aussi Toute l'actu du Tour de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles