Tour de France : « Sur les Champs, on savoure » affirme Romain Bardet

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Romain Bardet termine ce Tour de France à la 7e place du classement général. (E. Garnier/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Français Romain Bardet a exprimé son soulagement d'avoir franchi la ligne d'arrivée du Tour de France, dimanche sur les Champs-Élysées.

Romain Bardet (FRA/DSM), 7e du classement général : « Ç'a été un beau Tour de France, je suis content de le terminer. Ce n'était pas facile, le niveau est très haut, je l'ai payé sur certaines étapes. Mais j'ai connu l'abandon en 2020 et ça fait plaisir quand même de voir les Champs-Élysées.

Romain Bardet à l'arrivée.

« Je n'ai jamais baissé les bras »

On savoure les bonheurs simples aussi. J'ai été énormément encouragé, ça m'a beaucoup porté, même si j'ai eu des moments difficiles. Je n'ai jamais baissé les bras, l'équipe m'a toujours soutenu aussi. Même si l'objectif n'était pas de disputer le classement général, j'ai voulu m'accrocher parce que j'ai fait un Giro dans lequel je n'ai pas pu m'exprimer pleinement et j'avais à coeur de me donner à fond sur trois semaines. Et quand on arrive sur les Champs comme ça, on a un petit sentiment de privilège de faire ce métier-là, même s'il y a beaucoup de souffrances, et on savoure. »

Valentin Madouas (FRA/Groupama-FDJ), 11e du classement général : « On s'est fait plaisir, tous ensemble, parce qu'on avait une super bande de copains et ça s'est vu sur le vélo. On a fait un beau Tour de France ensemble et maintenant on va profiter de cette dernière soirée avec toute l'équipe, c'est vraiment top. »

Florian Sénéchal (FRA/Quick-Step) : « Quand on est arrivés sur les Champs-Élysées, ça roulait assez vite, j'ai quand même eu le temps de regarder le public. Ça donne des frissons et on oublie la fatigue. Et après la ligne, forcément, j'ai savouré. Avec le maillot de champion de France, j'ai été acclamé comme si j'étais une superstar, comme si j'avais un palmarès comme Pogacar et ça faisait chaud au coeur chaque jour. Le week-end des championnats de France, on m'a annoncé que je ne faisais pas le Tour. J'étais un peu déçu mais ça m'a donné la rage aussi. Peut-être que je suis devenu champion de France grâce à ça. Et, ensuite, Tim Declercq a eu le Covid-19 et l'équipe m'a appelé direct pour venir. »

lire aussi

Toute l'actualité du cyclisme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles