• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tour de France : Hugo Houle remporte en solitaire la 16e étape à Foix, Jonas Vingegaard reste en jaune

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Hugo Houle (Israel Premier Tech) a remporté en solitaire la 16e étape du Tour de France mardi. Au général, Jonas Vingegaard (Jumbo) reste en jaune, imperturbable face aux attaques de Tadej Pogacar (UAE Emirates). Le Français Romain Bardet (DSM) a craqué dans le mur de Péguère.

À Foix, le Canada exulte. Hugo Houle a remporté en solitaire la 16e étape du Tour de France entre Carcassonne et Foix, ce mardi. C'est la deuxième victoire d'étape canadienne dans l'histoire du Tour de France après celle de Steve Bauer en 1988. Il devance Valentin Madouas et Michael Woods.

lire aussi

Le classement de la 16e étape

Dans la course au général, Jonas Vingegaard est resté de marbre face aux attaques de Tadej Pogacar dans le port de Lers (11,4 km à 7 %) et ne lui a pas laissé l'occasion de le déranger dans le mur de Péguère (9,3 km à 7,9 %). Romain Bardet, premier Français au classement général ce mardi matin (4e à 3'01), a été à la dérive dans cette dernière ascension et a perdu 3'30 au général. David Gaudu grimpe, lui, à la cinquième place.

Matteo Jorgenson emporté par la Houle

Hugo Houle a fait plus qu'apporter une deuxième victoire sur le Tour de France au Canada. Il a remporté sa première victoire professionnelle hors contre-la-montre. Double champion du Canada de chrono (2015 et 2021), le coureur de 31 ans a exulté à Foix en pointant le doigt vers le ciel en hommage à son frère, mort tragiquement en décembre 2012, renversé par un automobiliste alors qu'il faisait son footing.

lire aussi

Toute l'actualité du Tour de France

Membre de l'échappée de 29 coureurs lancée vers le port de Lers et le mur de Péguère, il a parfaitement manoeuvré avec son coéquipier, Michael Woods, dès que les pourcentages indigestes des routes étroites de Péguère se sont cambrés face à eux. Seul Matteo Jorgenson, qui dispute son premier Tour de France, est resté au contact du puncheur canadien, laissant filer Hugo Houle, qui a avalé la pente tout en gestion. Le coureur de la Movistar, pris dans un étau, ne pouvait rien contre le duo d'Israël Premier Tech, et la descente qui se profilait restait son seul espoir pour revenir sur le Québécois. Les risques qu'il prit le jetèrent au sol et même s'il parvint à revenir sur Michael Woods, il était trop tard.

Vingegaard contrôle Pogacar

Le temps est compté aussi pour Tadej Pogacar. Le Slovène avait prévu de harceler le Maillot Jaune dans les Pyrénées. Il a tenu parole aujourd'hui en attaquant dans les derniers kilomètres du port de Lers. Porté par une équipe diminuée - seul Sepp Kuss était toujours opérationnel à ce moment-là -, Jonas Vingegaard est revenu sans difficulté sur le fougueux coureur de 23 ans. À la bascule, le Slovène a attaqué pour faire la descente mais qui l'a suivi comme un aimant ? Jonas Vingegaard, imperturbable.

Les forts pourcentages du Mur de Péguère (9,3 km à 7,9 %) étaient une invitation alléchante pour ébranler les certitudes de Vingegaard. Finalement, la seule chose qui fut cassée dans cette montée a été la chaîne de Majka qui, jusqu'à sa mésaventure, imprimait le tempo pour Pogacar. Ce coup du sort a eu pour effet de renverser la hiérarchie dans le groupe de tête, l'énorme Sepp Kuss prenant les rênes et anesthésiant les velléités offensives du Slovène. Mais ce dernier pouvait-il seulement changer de rythme ?

lire aussi

Le classement général du Tour

Selon son credo, forgé depuis l'étape du Granon, Tadej Pogacar veut attaquer, attaquer et encore attaquer pour revenir sur Jonas Vingegaard. Au risque de montrer ses failles lorsqu'il ne le fait pas ou au moins laisser penser qu'il n'en avait pas les moyens à son adversaire.

Des Français en clair-obscur

Les Français ont connu une journée mitigée. David Gaudu termine avec les favoris et grimpe à la cinquième place au classement général. Il s'est longtemps accroché au tempo réglé comme une horloge de Geraint Thomas mais a lâché dans les derniers mètres de Péguère. À 20 secondes du groupe Maillot Jaune au sommet du mur, il a dû se débrouiller seul pour rentrer sur les leaders dans la descente. Au final, le coureur de la Groupama-FDJ est cinquième du général à un peu plus de deux minutes du podium.

lire aussi

Le film de la 16e étape

Ce n'est rien comparé aux déboires de Bardet. Sur la ligne d'arrivée, il compte 3'30 de retard sur le groupe des favoris et chute de la quatrième à la neuvième place au général, relégué à un peu moins de quatre minutes de Geraint Thomas, toujours troisième. Le coureur de la DSM a été lâché dès le début du mur de Péguère. Mauvaise digestion de la journée de repos la veille ? Coup de chaud ? Début d'une forme déclinante après un Giro inachevé en mai ? Le retard est important et ses chances d'accrocher un Top 5 désormais minimes.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles