Tour de France - Lachlan Morton roulera l'intégralité du Tour de France en bikepacking

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le coureur australien d'EF Education - Nippo, non-retenu pour le Tour mais familier des épreuves d'aventure, s'apprête à rouler toutes les étapes de l'édition 2021 ainsi que les transitions sans assistance. Voir le jour poindre après une nuit passée en selle, ne compter que sur soi-même, sur les boulangeries ouvertes à l'aube, l'eau toujours disponible des cimetières, les restaurants salvateurs de modestes hameaux, dormir sous un abri de fortune quand la fatigue vient à tenailler le corps et l'esprit : Lachlan Morton a lancé en solo son propre Tour de France samedi à Brest, une heure après le peloton. 5500km au programme Non-retenu pour l'épreuve par son équipe EF Education-Nippo, l'Australien de 28 ans va tout de même parcourir l'intégralité des étapes de cette édition 2021, en y ajoutant les transitions entre les villes étapes, toujours à vélo et sans assistance - ce qu'on désigne d'un mot devenu familier, « bikepacking » - pour un total de plus de 5 500 km contre 3 400 pour les engagés de cette année. Une manière de rouler le Tour de France en renouant avec le très ancien principe opérant lors des grands Tours cyclistes du début du XXe siècle - et perpétué à nouveau ces dernières années avec des épreuves à la mode comme la TransAm et le Tour Divide aux États-Unis, ou la Transcontinental Race en Europe, pour les plus connues. Finir en même temps que le Tour Lachlan Morton est loin d'être novice dans l'exercice. Le coureur est déjà familier des épreuves gravel et s'est déjà confronté à ces courses de bikepacking si particulières : « C'est une compétence à acquérir de savoir quand foncer et quand se ménager, quand rouler et quand il faut dormir. » lire aussi Toute l'actu du Tour de France « Je pensais déjà le faire l'année passée pendant le Giro, mais j'ai finalement été aligné sur la course », a précisé le coureur au Guardian. Son objectif est de terminer en même temps que le Tour à Paris, dans trois semaines. Ce qui va donc l'obliger à allonger le temps de roulage habituel : « Je pense que je roulerai environ 12 heures par jour, mais je serai sur la route bien plus longtemps car vous devez inévitablement faire des pauses, et refaire le plein d'eau et de nourriture. Je suppose que la moitié du temps des trois prochaines semaines, je le passerai à rouler. » L'obligeant même à rouler de nuit, pour maintenir un rythme suffisant afin de rester au contact de la grande caravane du Tour de France jusqu'aux Champs-Élysées : « Si tout va bien, j'aurai une marge de six heures en arrivant. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles