Tour de France - Nils Politt (Bora-Hansgrohe), un géant adepte des classiques

·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En s'imposant sur la 12e étape du Tour à Nîmes, Nils Politt (Bora-Hansgrohe) a remporté la plus belle victoire de sa carrière. Excellent rouleur, l'Allemand de 27 ans n'est pas très connu du grand public. Vainqueur de la 12e étape du Tour de France, Nils Politt (Bora-Hansgrohe), 27 ans, a décroché ce mercredi la plus belle victoire de sa carrière à Nîmes. Un succès acquis de fort belle manière, en solitaire. Qui est-il vraiment ? Il est un coureur que l'on connait sans vraiment bien le connaitre. Originaire de Cologne, pistard dans ses toutes jeunes années, l'Allemand Nils Politt a été repéré par l'équipe Katusha après être devenu champion d'Allemagne Espoirs en 2015 (après avoir décroché le titre du chrono l'année précédente). Devenu pro l'année suivante au sein de la formation russe, l'Allemand a joué le rôle de poisson-pilote pour Alexander Kristoff, puis a intégré le train de Marcel Kittel quand celui-ci est arrivé. Il s'est ensuite émancipé sur les courses d'un jour.. Au sein de Bora-Hansgrohe, qu'il a rejoint à l'intersaison, Nils Politt évolue dans l'ombre de Peter Sagan, qu'il protège souvent à l'approche du sprint. En revanche, dans les étapes pour baroudeurs, il est commun de le retrouver à l'avant. Quel est son profil dans le peloton ? Nils Politt ne passe pas inaperçu dans un couloir. Son physique très imposant (1,92 m et 80 kg) le classe parmi les plus grands gabarits du peloton. xcellent rouleur, il a déjà brillé en contre-la-montre, deuxième du chrono de Paris-Nice en 2019. Plus récemment, il a terminé huitième au contre-la-montre du Critérium du Dauphiné à Roanne. Grâce à la piste qu'il a beaucoup pratiquée en juniors, Nils Politt a développé des qualités d'endurance mais aussi de résistance à l'effort sur des efforts relativement longs. Il l'a parfaitement démontré lors de la 12e étape du Tour, en terminant en solitaire, grand plateau, pour s'épargner un sprint défavorable à l'arrivée : « Il y avait beaucoup de sprinteurs dans ce groupe, des garçons très rapides donc il fallait que je rende la course difficile, que j'attaque assez tôt. » Où avait-il brillé avant son succès sur le Tour ? Nils Politt a obtenu de nombreuses places d'honneur mais il lui manquait encore une victoire de prestige. Son objectif se porte volontiers sur les classiques du printemps, et notamment le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, qui correspondent le plus à son profil. Déjà 7e de Paris-Roubaix 2018, il est passé très près du Graal en terminant 2e en 2019 au terme d'une course remarquable. Présent dans l'échappée décisive avec d'excellents coureurs comme Peter Sagan, il était parvenu à s'isoler avec Philippe Gilbert à la pédale. Mais sa pointe de vitesse, assez limitée, lui avait fait défaut sur le Vélodrome dans un sprint à deux face au Belge. « Quand on perd face à un grand champion comme lui, impossible d'être déçu », avait-il déclaré. À son palmarès s'ajoutait, jusqu'à ce jeudi, une 5e place au Tour des Flandres 2019 et une victoire d'étape au Tour d'Allemagne la saison précédente - sa seule victoire professionnelle jusqu'alors. Sa victoire sur le Tour pourrait lui donner plus de confiance. « J'espère qu'elle va m'aider jusqu'à la fin de la saison mais aussi pour le futur », a-t-il avoué après l'arrivée .

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles