Tour de France - Le parcours du Tour de France 2022 : étape par étape, dates, villes et profils de la 109e édition

·10 min de lecture

De Copenhague à Paris, en passant par Arenberg, l'Alpe d'Huez et Hautacam, le Tour de France 2022 (1er-24 juillet) a été taillé pour favoriser les rebondissements. Retrouvez le parcours, étape par étape. En 2022, le Tour s'élancera de Copenhague, une année après la date prévue en raison de la pandémie de Covid. Le Grand Départ le plus septentrional jamais connu sera composé de trois étapes au Danemark. Après une journée de transfert vers l'Hexagone, les favoris s'écharperont ensuite sur les pavés du Nord puis les pentes de la Planche des Belles Filles et effectueront un court crochet en Suisse avant de s'attaquer aux Alpes, avec deux arrivées au sommet du Granon et de l'Alpe d'Huez, deux étapes où le peloton franchira à chaque fois le mythique Galibier. La troisième semaine débutera dans les Pyrénées, comportera deux courts morceaux de bravoure vers l'altiport de Peyragudes et à Hautacam et s'achèvera à Rocamadour par un chrono de 40 km posé la veille du défilé vers les Champs-Élysées. Le Tour de France 2022, étape par étape

Date

Etape

Km

01 juil.

Copenhague - Copenhague (clm)

13

02 juil.

Roskilde - Nyborg

199

03 juil.

Vejle - Sonderborg

182

04 juil.

Nord (Transfert)

05 juil.

Dunkerque - Calais

172

06 juil.

Lille Métropole - Arenberg Port du Hainaut

155

07 juil.

Binche - Longwy

220

08 juil.

Tomblaine - La super Planche des Belles Filles

176

09 juil.

Dole - Lausanne

184

10 juil.

Aigle - Châtel Les Portes du Soleil

183

11 juil.

Morzine (Repos)

12 juil.

Morzine Les Portes du Soleil - Megève

148

13 juil.

Albertville - Col du Granon

149

14 juil.

Briançon - Alpe d'Huez

166

15 juil.

Bourg d'Oisans - Saint-Etienne

193

16 juil.

Saint-Etienne - Mende

195

17 juil.

Rodez - Carcassonne

200

18 juil.

Carcassonne (Repos)

19 juil.

Carcassonne - Foix

179

20 juil.

Saint-Gaudens - Peyragudes

130

21 juil.

Lourdes - Hautacam

143

22 juil.

Castelnau-Magnoac - Cahors

189

23 juil.

Lacapelle-Marival - Rocamadour (clm)

40

24 juil.

Paris La Défense Arena - Paris Champs-Elysées

112

1re étape (1er juillet) : Copenhague-Copenhague (chrono individuel) 13 km. L'épreuve renoue avec un contre-la-montre inaugural, une première depuis 2015. Le parcours se déploiera dans la capitale danoise sur un parcours plat qui favorisera largement les spécialistes pour le gain du premier maillot jaune. 2e étape (2 juillet) : Roskilde-Nyborg 199 km. Les coureurs franchiront les trois premières (modestes) côtes de cette édition en début d'étape avant de parcourir l'île de Seeland, jamais très loin du rivage. Ils emprunteront notamment le Storebaelt, un pont maritime long de 16 km qui précédera l'entrée dans Nyborg, terme de cette étape. La vigilance sera indispensable sur cette longue portion totalement exposée, propice à des bordures en cas de vent. 3e étape (3 juillet) : Vejle-Sonderborg 182 km. Une étape essentiellement plate pour ce troisième et dernier jour au royaume danois, qui semble promise aux équipes de sprinteurs. Le lendemain, la journée de transfert permettra au peloton de rallier Lille et le Nord de la France.
4e étape (5 juillet) : Dunkerque - Calais 172 km. Si le départ et l'arrivée se situent au niveau de la mer, les coureurs vont visiter les reliefs de la côte d'Opale et franchiront les monts du Boulonnais. Une étape accidentée donc, qui promet beaucoup d'offensives et un final côtier spectaculaire près des caps Gris-Nez et Blanc-Nez, surtout si les conditions sont venteuses.
5e étape (6 juillet) : Lille-Métropole - Arenberg Porte du Hainaut 155 km. La Grande Boucle est de retour sur les pavés ! Quatre ans après la victoire de John Degenkolb sur les célèbres sentiers agricoles du Nord, les favoris du Tour feront face à leur premier grand défi de l'été sur cette 5e étape constellée, dans sa seconde moitié, de onze secteurs pavés (19,4 km au total) d'une longueur variant de 1,3 à 2,8 km et qui s'achèvera sur le site minier d'Arenberg (comme en 2010 et 2014). 6e étape (7 juillet) : Binche - Longwy 220 km. La longue traversée des Ardennes ne sera pas de tout repos : après 220 kilomètres accidentés, le final de la plus longue étape de l'édition 2022 sera hérissé de deux difficultés, le mur de Pulventeux à 6 km de l'arrivée (800 m à 12,3 %) puis la côte des Religieuses (1,6 km à 5,8 %), à Longwy, au sommet de laquelle sera tracée l'arrivée. Les meilleurs puncheurs du peloton peuvent gentiment cocher cette journée.
7e étape (8 juillet) : Tomblaine - La super Planche des Belles Filles 176 km. Aucun répit puisque se profile déjà la première arrivée au sommet du Tour 2022, à la Planche des Belles Filles. Pour la deuxième fois, la version « super » de l'ascension sera empruntée : une rallonge très pentue de plus d'un kilomètre sur du chemin blanc, avec un passage à 24 % juste avant la ligne. Cette montée sèche créera une première hiérarchie entre grimpeurs. 8e étape (9 juillet) : Dole - Lausanne 184 km. Les reliefs jurassiens ne seront pas assez marqués pour que les grimpeurs s'y départagent. En revanche, l'arrivée du Tour en Suisse devrait une nouvelle fois ravir les puncheurs : à Lausanne, ces derniers s'écharperont en effet sur la côte du Stade Olympique (4,8 km à 4,6 % de moyenne, passage à 12 % au niveau de la flamme rouge) qui devrait particulièrement convenir au double champion du monde...
9e étape (10 juillet) : Aigle - Châtel Les Portes du Soleil 183 km. La première véritable étape de montagne de l'été s'élancera depuis le siège de l'Union Cycliste Internationale, en Suisse, et s'achèvera en Haute-Savoie. Le peloton y franchira le col des Mosses (13,3 km à 4,1 %), le col de la Croix (8,1 km à 7,6 %) et le Pas de Morgins (15,4 km à 6,1 %) avant de plonger vers Châtel. Une belle mise en bouche avant les Alpes. 10e étape (12 juillet) : Morzine Les Portes du Soleil - Megève 148 km. Une étape de toute beauté qui bordera le Lac Léman et s'achèvera à l'altiport de Megève au terme d'une longue montée finale de plus de 21 kilomètres. En 2020, le Critérium du Dauphiné s'était achevé là à l'issue d'une journée folle où les favoris s'étaient attaqués dès le kilomètre zéro.
11e étape (13 juillet) : Albertville - Col du Granon 149 km. Une nouvelle étape de moins de 150 kilomètres taillée pour les favoris, plus encore que la veille puisqu'ils y escaladeront les sublimes lacets de Montvernier (3,4 km à 8,2 %), le col du Télégraphe (11,9 km à 7,1 %) et le mythique Galibier (17,7 km à 6,9 %), avant le feu d'artifice sur les pentes du col du Granon (11,3 km à 9,2 %). À 2 413 m d'altitude, son sommet fut pendant un quart de siècle le site d'arrivée le plus haut du Tour. 12e étape (14 juillet) : Briançon - Alpe d'Huez 166 km. Après trois ans d'absence, l'Alpe d'Huez (13,8 km à 8,1 %) revient sur la Grande Boucle. Cette ultime étape alpestre s'annonce d'autant plus spectaculaire qu'elle débutera par une nouvelle ascension du Galibier (23 km à 5,1 %). Morcelé d'entrée, celui-ci franchira ensuite l'interminable col de la Croix de Fer (29 km à 5,2 %) avant de s'attaquer aux 21 lacets menant à la station iséroise. Il s'agit de l'exacte réplique de l'étape du Tour 1986 où Greg Lemond et Bernard Hinault étaient arrivés ensemble, main dans la main. 13e étape (15 juillet) : Bourg d'Oisans - Saint-Étienne 193 km. À la sortie des Alpes, les sprinteurs, peu gâtés depuis leur arrivée dans l'Hexagone, retrouveront une étape à leur mesure sur la route de Saint-Étienne, même si les baroudeurs les plus courageux y tenteront forcément leur chance.
14e étape (16 juillet) : Saint-Étienne - Mende 195 km. Une journée pour baroudeurs costauds à travers la Loire, la Haute-Loire et la Lozère. À Mende, où Thibaut Pinot et Romain Bardet s'étaient fait piéger par Stephen Cummings en 2015, un joli combat devrait toutefois être mené entre les favoris dans la « Montée Jalabert » (3 km à 10,2 %), dont le sommet est situé à 1,7 kilomètre de l'arrivée.
15e étape (17 juillet) : Rodez - Carcassonne 200 km. Le parcours de cette étape, posée à la veille de la seconde journée de repos, a été tracé pour favoriser un sprint massif à Carcassonne. L'an passé, Mark Cavendish y avait décroché son 34e bouquet sur le Tour de France, égalant le record d'Eddy Merckx.
16e étape (19 juillet) : Carcassonne - Foix 179 km. Une journée pour coureurs audacieux, avec la difficile montée du Port de Lers (11,4 km à 7 %) et l'éprouvant Mur de Péguère (9,3 km à 7,9 %, les trois dernières bornes à plus de 12 % de moyenne), qui précédera une descente de plus de vingt-cinq kilomètres vers la ligne d'arrivée à Foix. En 2017, Warren Barguil s'y était imposé un jour de fête nationale. 17e étape (20 juillet) : Saint-Gaudens - Peyragudes 130 km. La première étape pyrénéenne sera courte et intense avec quatre ascensions ramassées en moins de 80 kilomètres : le col d'Aspin (12 km à 6,5 %), la Hourquette d'Ancizan (8,2 km à 5,1 %), le col de Val Louron-Azet (10,7 km à 6,8 %) et le final vers Peyragudes (8 km à 7,8 %). Il y a quatre ans, Romain Bardet y avait décroché sa plus grande victoire et Chris Froome y avait momentanément perdu son maillot jaune). 18e étape (21 juillet) : Lourdes - Hautacam 143 km. Lui aussi pensé sur un format dynamique (moins de 150 kilomètres) et avec une première partie plate, le second gros morceau pyrénéen va s'emballer sur le col d'Aubisque (16,4 km à 7,1 %). Les coureurs découvriront ensuite le col de Spandelles (10,3 km à 8,3 %), inédit sur le Tour, pour ensuite rallier Hautacam (13,6 km à 7,8 %) où des défaillances chez les favoris sont tout à fait envisageables. 19e étape (22 juillet) : Castelnau-Magnoac - Cahors 189 km. Les sprinteurs ayant franchi les Pyrénées dans les délais s'expliqueront à Cahors après avoir traversé le Gers et le Tarn-et-Garonne.
20e étape (23 juillet) : Lacapelle-Marival - Rocamadour (chrono individuel) 40 km. Le classement général du Tour 2022 se figera à Rocamadour à l'issue d'un long chrono de 40 kilomètres où l'état de fraîcheur, après trois semaines aussi éprouvantes, jouera un rôle déterminant, et où les écarts risquent d'être significatifs. Deux côtes, celles de Magès (1,6 km à 4,7 %) et celle de l'Hospitalet (1,5 km à 7,8 %), complexifieront le final vers le promontoire de l'un des plus beaux villages de France. 21e étape (24 juillet) : Paris La Défense Arena - Paris Champs-Élysées 112 km. Le départ de l'ultime étape sera donné au sein de l'Arena qui abrite les exploits du Racing 92, à Nanterre. Il s'agira de la toute première expérience en salle du Tour de France. L'arrivée sera elle des plus classiques, des plus belles aussi, sur les Champs-Élysées, après avoir traversé la place du Louvre. En ouverture, c'est la première étape du Tour de France Femmes qui sera disputée au coeur de Paris.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles